Procès Bresaw : le jury sera séquestré lundi

Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Suivez-moi

Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

Le procès pour triple meurtre de Justin Bresaw tire à sa fin. Le juge Richard Grenier a débuté ses directives au jury jeudi matin et le jury sera séquestré lundi en vue de rendre un verdict.

Lors des plaidoiries, Me Thierry Potvin, procureur de la Couronne, a suggéré aux membres du jury de ne pas croire la version de l’accusé. Selon lui, plusieurs doutes doivent être soulevés face à son témoignage comportant des contradictions. La couronne a d’ailleurs tenté de démontrer que le geste porté par Bresaw était planifié et que l’accusé était pleinement en contrôle de ses agissements au moment des événements de septembre 2012. Me Potvin a d’ailleurs mentionné qu’aucun des témoins des minutes suivant l’incendie n’avait décrit Justin Bresaw comme en état de crise, soutenant plutôt qu’il était décrit comme un homme en fuite, mentionnant au passage la vidéo d’une caméra de surveillance d’une station service qui a capté l’accusé à peine une heure après le début de l’incendie.

Pour ce qui est de la Défense, Me Julie Bolduc a soutenu sa position selon laquelle Justin Bresaw devrait recevoir un verdict de non-responsabilité pour cause de trouble mental.  S’appuyant sur l’opinion de témoins experts et sur l’imposant dossier médical de son client, l’avocate a tenté de prouver que la maladie mentale affectait les agissements de Bresaw, qui selon elle n’avait pas la réelle intention de tuer. Me Bolduc a rappelé le passé de l’accusé, comportant un comportement étrange.

Le juge Richard Grenier terminera ses directives lundi matin et le jury aura la lourde tâche de déterminer si Bresaw était en état ou non mentalement au moment des homicides. Advenant une conclusion positive, le jury devra également décider si Bresaw est coupable, hors de tout doute raisonnable, d’homicides involontaires coupables, de meurtres au 2e degré ou de meurtres au 1er degré.