Blessé par balle dans une opération policière : pas d’accusation

Archives MédiAT
Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Suivez-moi

Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ne déposera finalement pas d’accusation en lien avec l’intervention policière où un individu a été blessé par balle en septembre 2015 à malartic. Suite à la conclusion de l’enquête indépendante du SPVM, le DPCP juge que les policiers ont agi dans les règles de l’art.

Selon le communiqué émis par le DPCP, les policiers ont utilisé la force nécessaire contre l’homme pour leur protection contre la mort ou des lésions corporelles graves.

«Lors de l’examen de la scène, un couteau de chasse a été récupéré dans le véhicule de l’homme ainsi qu’un pistolet à air comprimé qui a l’apparence d’une arme de poing. L’expertise balistique produite dans le cadre de l’enquête révèle que ce pistolet est en condition de tir et qu’il est susceptible, grâce à un canon qui permet de tirer des projectiles, d’infliger des lésions corporelles graves à une personne.» mentionne le communiqué du DPCP.

Rappelons que le 6 septembre 2015 les policiers de la SQ ont été appelés à se rendre près d’un individu qui menaçait de s’enlever à sa vie. Les agents ont localisé l’homme à bord d’un véhicule garé sur un terrain situé dans un endroit isolé. Les policiers ont ensuite tenté sans succès d’établir une communication avec lui afin de lui venir en aide.

«Vers 22 h 44, l’homme met en marche son véhicule et quitte précipitamment les lieux. Les policiers le suivent à bord de leur véhicule de patrouille et un tapis clouté est installé sur la route. L’homme conduit à vive allure en ne respectant pas les limites de vitesse prescrites. Le passage de son véhicule sur le tapis clouté ralentit sa course et il emprunte un chemin sans issue. L’arme à la main, les policiers s’approchent du véhicule immobilisé dans lequel se trouve l’homme. Ce dernier est assis du côté conducteur, il tient un couteau de chasse dans sa main. Les policiers lui ordonnent à maintes reprises, sans succès, de lâcher son arme et de sortir de son véhicule les mains en l’air. Par la suite, les policiers constatent que l’homme tient une arme à feu dans sa main, les policiers reculent et lui crient de lâcher son arme. L’homme pointe son arme à feu vers les policiers. Trois d’entre eux tirent des coups de feu. L’homme est atteint par un coup de feu au haut du corps. Les policiers le sortent du véhicule et le menottent. Les ambulanciers le prennent en charge et le transportent à l’hôpital.» ajoute le DPCP