La SQ émet une mise en garde contre l’escroquerie au chef d’entreprise

Archives MédiAT
Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Suivez-moi

La Sûreté du Québec  a décidé de mettre en garde la population contre l’escroquerie au chef d’entreprise. Cette fraude consiste à se faire passer pour l’administrateur d’une entreprise et à adresser une demande de virement d’une somme importante de la trésorerie de l’entreprise vers un compte bancaire à l’étranger en prétextant une offre public d’achat urgente Les fraudeurs ajoutent que celle-ci doit demeurer confidentielle.

La tentative de fraude se fait normalement par courriel frauduleux envoyé à des employés avec une apparence soignée. La communication est normalement signée du nom du président de l’entreprise et comporte des informations très précises. La SQ ajoute que normalement, un soi-disant avocat ( fraudeur) prend la relève pour organiser le transfert de fonds.

Le corps policier mentionne également que dans certains cas, les fraudeurs utilisent une communication par  téléphone avec le contrôleur ou comptable de l’entreprise pour la transaction.

«Plusieurs cas d’escroquerie au chef d’entreprise ont été signalés aux services policiers dans les derniers mois au Québec. C’est pourquoi la Sûreté du Québec invite les entreprises à sensibiliser leur personnel ayant des responsabilités quant au transfert de fonds à ce type de stratagème frauduleux.» mentionne la Sûreté du Québec

La SQ a aussi publié quelques conseils de prévention pour éviter d’être victime de fraude:

  • Effectuer systématiquement des vérifications auprès de personnes en autorité au sein de l’entreprise avant de procéder à une transaction. Particulièrement s’il y a un caractère d’urgence.
  • Communiquer directement avec le demandeur, en utilisant les coordonnées dont dispose l’entreprise, et non celles indiquées dans le courriel de la requête
  • Vérifier l’adresse courriel du demandeur. Généralement le courriel frauduleux est similaire à celui du président de l’entreprise mais comporte une lettre, un chiffre ou un caractère de plus.
  • Mettre en place un protocole sécuritaire, tel un mot de passe confidentiel, qui augmente ainsi le niveau de sécurité des transactions de l’entreprise
  • Mettre en place des procédures spécifiques et désigner une personne compétente pour permettre des virements en urgence
  • Prévoir, systématiquement, un contre-appel de la banque en cas de virement au-dessus d’un certain montant
  • Limiter la communication d’informations sur l’organisation de l’entreprise, son organigramme, la communication d’informations individuelles, site Internet de l’entreprise, médias sociaux.
  • Ne publier que ce qui est obligatoire par la loi
  • Sensibiliser les employés pouvant être impliqué, à ne pas fournir leurs informations personnelles, tel que la copie du permis de conduire ou autre document, même si on l’exige.
  • Procéder à des envois réguliers de courriels ou memo internes signés de la direction afin de rappeler systématiquement le mode d’opération des fraudeurs, les caractéristiques des paiements suspects et les procédures internes en matière de virement
  • Désigner une personne ressource qui devra être avertie immédiatement en cas de soupçon de fraude.

En cas de fraude, vous êtes invités à faire un signalement à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.