À la recherche de Sindy Ruperthouse

Photo: François Munger - MédiAT
Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Suivez-moi

Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

Près d’une quarantaine de personnes prennent part aujourd’hui samedi à des recherches pour tenter de retrouver Sindy Ruperthouse dans un secteur boisé à l’Est de Val-d’Or près de la rivière Bourlamaque. La battue en forêt découle d’une demande de la famille et est encadrée par le groupe Recherche et Sauvetage du Témiscamingue (R.E.S.Tem). Des bénévoles de la région et du secteur de Montréal étaient sur place.

Les proches de Sindy Ruperthouse, disparue en avril 2014, fondent beaucoup d’espoir sur les recherches qui seront effectuées cette fin de semaine. Ils ont obtenu de l’information, à l’effet qu’un potentiel suspect, aurait été vu dans le secteur par des témoins.

«On a des espoirs, puis je suis bien encouragé qu’il y ait bien du monde, bien du monde qui vont chercher, bien du monde qui vont être ici. J’aime ça on dirait que ça stimule, on va avoir quelque chose. » mentionne Jonny Wylde, père de Sindy.

En milieu de journée, les vérifications allaient bon train, l’horaire était respecté et la moitié du territoire à couvrir avait été passée au peigne fin. Les bénévoles ont trouvé quelques indices qui seront remis à la Sûreté du Québec afin de vérifier si ils sont liés à la disparition de madame Ruperthouse. Des pièces de vêtements, des cosmétiques et même certains petits ossements ont été recueillis sur place et seront probablement envoyés en laboratoire pour analyse. Les coordonnées GPS de chaque observation réalisée sur le terrain sont notées et mises en commun dans un fichier. Les recherches sont rendues difficiles par la présence de nombreux déchets dans le périmètre établi.

«Le secteur va être couvert ici, les coordonnées, tout va être donné à la famille (…) si on trouve quelque chose, si c’est final, ça va s’arrêter là. Si jamais il y a une suite plus tard, on va pouvoir continuer à la suite en sachant que le territoire qui va être fait avait été couvert, toute la partie demandée.» mentionne Mario Lapierre, bénévole de R.E.S.Tem

Un moment de recueillement a également été tenu sur le site des recherches peu avant le dîner.