Postes Canada augmente la pression sur les employés

Photo: MédiAT

Peu après minuit cette nuit, Postes Canada a présenté un ultimatum de 72 h au Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP). La société des postes menace de changer les conditions d’emploi de tous les employés représentés par le Syndicat à compter de la fin de la semaine.

«À compter du vendredi 8 juillet 2016, les modalités des conventions collectives actuellement en vigueur ne s’appliqueront plus. Selon les nouvelles conditions d’emploi, les employés continueront de recevoir leur paie normale et certains avantages, comme la couverture admissible pour médicaments d’ordonnance. D’autres éléments seront annulés pour que les conditions correspondent aux conditions minimales obligatoires établies par le Code canadien du travail. La Société aura aussi la flexibilité d’ajuster la dotation en personnel en fonction de la charge de travail requise.» mentionne la société d’état par voie de communiqué

Dans ce même communiqué, Postes Canada affirme connaître une baisse d’au moins 75% de ses clients provenant du cybercommerce, une baisse du nombre de colis et un déclin des articles Poste-lettres allant jusqu’à 50 % dans de nombreuses installations, tout cela en raison de l’incertitude qui plane.

De son côté, le STTP, représentant les cinquante mille travailleurs des postes affirme que la société compte les envoyer dans la rue, sans salaire, pour tenter de leur imposer des concessions.

« Nous savions depuis le début que c’est ce qu’elle comptait faire. Elle torpille l’examen public du service postal. Elle refuse de négocier équitablement avec nous et met la clé dans la porte pour nous couper les vivres dans le but de nous faire plier à ses demandes », déclare Mike Palecek, président national du Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes.

Postes Canada a également informé le Syndicat que les offres présentées le samedi 25 juin 2016 sont considérées comme finales.