À tous ceux qui partent étudier hors de la région

Bien que je me donne comme mission de faire l’éloge de ma région, je crois profondément que mes études à l’extérieur de la région ont été très (très, très, très) bénéfiques pour moi. Et j’ai envie de m’adresser à tous les étudiants du Cégep et l’Université qui se préparent à quitter notre petite Abitibi pour aller vivre de nouvelles expériences à Montréal, à Québec, à Ottawa, à Sherbrooke ou ailleurs à travers la province (ou même à travers le monde).

Vous vous apprêtez à vivre une nouvelle expérience qui va vous en faire voir de toutes les couleurs (pas juste du noir et du gris, promis!). Vous allez ouvrir vos horizons sur des nouvelles réalités, un nouveau mode de vie. Vous aurez parfois l’impression qu’un immense fossé se creuse entre votre Abitibi et votre nouvelle ville. Vous serez surpris quand vos nouveaux amis vous feront répéter 10 fois «bottes de pinne» sans jamais comprendre de quoi il est question. Vous ne comprendrez pas pourquoi les gens s’entêtent à faire des blagues plates du genre «Avez-vous l’électricité en Abitibi?». Vous en aurez marre de prévoir 30 minutes pour tous vos déplacement en autobus/train/métro parce que vous avez été habitués de faire 10 minutes de voiture pour vous rendre à peu près n’importe où, dans votre ville natale. Vous vous sentirez peut-être seuls quand vous sortirez au bar pour la première fois et que vos nouveaux amis sembleront connaître tout le monde alors que pour vous, ce seront tous des visages inconnus. Vous aurez la cafard quand vous réaliserez que vos amis sont à des centaines de kilomètres de vous. Vous allez sans doute pleurer un bon coup quand Skype ne suffira plus et que vous aurez besoin d’un vrai contact humain, d’un gros câlin de votre maman. Vous serez peut-être découragés quand vous raterez votre première recette. Vous aurez envie de tout lâcher, quand la mi-session sera trop intense.

Mais malgré tout, vous vous adapterez à tout ça avec courage. Vous développerez des liens très forts avec des gens de partout à travers le Québec. Vous allez découvrir votre place. Et si vous ne la découvrez pas, vous pourrez vous en créer une. Vous chanterez jusqu’à tard au karaoké, avec vos nouveaux amis et une foule de visages inconnus (et c’est ben corrects qu’ils soient inconnus, vu vos performances parfois douteuses!). Vous travaillerez fort pour remettre des travaux de qualité selon les deadlines souvent irréalistes de vos professeurs. Vous serez heureux d’appeler votre mère, après une longue journée de cours, pour lui dire: «Maman, je pense que je suis vraiment dans mon domaine-là! Je trippe!». Vous allez être heureux de revenir à la maison, pendant l’été pour profiter au maximum de chaque moment et pour créer des souvenirs qui vous donneront la force de repartir pour une autre session.

Alors étudier à l’extérieur, c’est parfois difficile, mais plus souvent qu’autrement, c’est stimulant. C’est souvent dans ce nouvel environnement que l’on forge notre caractère et qu’on définit notre identité. Et puis, lorsqu’on est prêts à revenir, notre coeur et notre tête sont remplis de nouvelles expériences, de nouvelles relations, de nouvelles découvertes, de nouveaux rêves… qui ont tous leur place en Abitibi!