Pour en finir avec cette question

Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Suivez-moi

Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

Les réseaux sociaux sont des outils exceptionnels pour la diffusion d’information, mais ils ont aussi un petit côté sombre. Ils font souvent ressortir le côté voyeur et curieux qui sommeille en nous. Celui-ci s’accompagne principalement de questions, l’une d’entre-elles plus particulièrement. Elle est partout, sur les sites d’actualités, sur Facebook et même parfois Twitter. Peu importe l’heure ou encore la journée de la semaine, le questionnement refait toujours surface. Je parles bien sûr du fameux «c‘est qui? ».

Ce bout de phrase que bien des journaliste sont tannés de lire. Ces mots auxquels nous ne répondons jamais dans la rapidité que vous aimeriez voir. Cet assemblage de lettres qui reste bien souvent abandonné dans la mer de commentaires.

Pour en finir avec cette question, une réponse s’impose et elle est fort simple. Si vous ne trouvez pas la réponse dans le texte, c’est probablement que nous ne pouvons pas vous le dire pour le moment et que nous y reviendrons.

Pour faire un exemple concret, imaginez un texte sur un accident mortel, même si notre équipe est bien souvent au courant de plus de détails, il est parfois de mise de limiter le tout à ce que vous pouvez lire. Il faut penser aux familles éprouvées, aimeriez-vous apprendre la mort de votre proche par les médias ou encore sur Facebook?

Dans plusieurs cas, plusieurs heures sont nécessaires afin d’aviser l’ensemble des familles de victimes pour leur annoncer la mort ou les blessures de leur être cher.  Bien que nous nous efforçons déjà de faire un choix de photos moins révélatrices alors que les proches ne sont pas complètement avisés, toutefois plusieurs posent la fameuse question «c‘est qui? » et certains se risquent à y répondre. Dans notre cas, en respect, elle restera plusieurs heures sans réponses. Nous filtrons également parfois les commentaires pour en retirer les noms.

De grâce, avant de l’écrire la prochaine fois, prenez deux minutes pour penser à aux parents, aux enfants, au conjoint et aux amis de la personne en question et dites-vous que vous le saurez «en temps et lieux.». Bien souvent, vous en serez informés plus tard, probablement le lendemain en fait.

 

3 commentaires sur Pour en finir avec cette question

Les commentaires sont fermés.