Allégations d’agression sexuelle : Hugo Pelletier devra faire face à la justice

Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Suivez-moi
L’homme d’affaires amossois, Hugo Pelletier a été arrêté hier  par les agents de la Sûreté du Québec.
L’individu de 43 ans, bien connu dans le milieu, devrait faire face à une accusation d’agression sexuelle sur une femme que nous ne pouvons pas identifier.
Les événement qui lui sont reprochés remontent à janvier 2014 à Val-d’Or. Il a été interpellé hier après qu’un mandat d’arrestation ait été lancé contre lui. Il a par la suite été libéré par les agents de la SQ sous promesse de comparaître.
Il devra se présenter en cour le 3 avril prochain à Val-d’Or. Il devra également respecter des conditions, entre autres de ne pas communiquer avec la présumée victime.

8 commentaires sur Allégations d’agression sexuelle : Hugo Pelletier devra faire face à la justice

  1. innocent jusqu’à preuve du contraire, il y a souvent de faut témoignage. Je ne veux pas dire qu’il n’est pas coupable. Mais, moi je ne peux pas juger et il va aller en cour pour l’être. Mais, j’espère qu’il va être bien représenté et la présumé victime aussi. Mais, j’espère juste la VÉRITÉ.

  2. Ce qui fait très drôle c’est la sortie de cette nouvelle bizarrement la journée de la femme…. en plus de dater de 2014 pour la date du dit événement. Ce gars peu importe si il est coupable ou pas, à une famille, des enfants… sortir ce genre de nouvelle en cette date stratégique du jour de la femme sans encore la confirmation qu’il est coupable… c’est chien en tab… imaginez si il est pas coupable comment ça vas fucké sa vie !?? Bien des gens vont lire cette nouvelle  »d’allégations » vite fait en pensant qu’ils est déjà coupable… moi j’aurais attendu d’avoir un verdict de culpabilité avant de passer ce genre de nouvelle… on parle pas de sortie de route on parle de vie de gens qui entoure aussi cette personne qui seront affecté par cette nouvelle… je déteste voir les gens partager ce genre de nouvelles pas encore fondé … beurk !!

  3. Encore le ti-gars qui passe pour la victime.
    C’est déjà difficile de dénoncer sans avoir des commentaires comme ça.
    Mon agresseur était un homme qui faisait belle figure dans la société. Et pourtant!
    Ce n’est pas écrit dans la face du gars si c’est un agresseur ou non.

  4. innocent jusqua la preuve du contraire …..surtout pour la famille qui lentoure !par contre sil est coupable je compatie a la famille et sa victime :/

  5. J’aimerais rappeller une histoire concernant des policiers accusés à tord pour agression sexuel il y a pas longtemps dont on avais un dossier solide qui ont été disculpé… mais ça crisser la Madre dans leurs vie pareil de partager ce genre de nouvelle sans être mis en contexte… imaginées apprendre sur les réseaux sociaux que votre conjoint est accusé d’agression sexuel… si il est jugé coupable qu’il aye ce qu’il mérite je suis 100% d’accord car c’est inadmissible ce genre d’agissements et ça fait mal à tout les autres hommes car ça terni notre image pour ceux qui sont des bons gars. Mais avant de propager des histoires dont on ne sais pas le fonds moi j’applique les 3 passoires de socrates… voilà !

  6. Suite à la lecture de plusieurs commentaires sur des textes sur des dossiers judiciaires, je pense que des précisions sur notre travail et la justice sont nécessaires.
    Premièrement il faut comprendre que le processus judiciaire au Québec est un processus public.
    Lorsqu’un individu est arrêté en raison d’une accusation retenue par le directeur des poursuites criminelles et peinales (DPCP), c’est que le dossier a été analysé et le DPCP a jugé avoir un dossier asser solide pour aller de l’avant.
    Deuxièmenent à partir du moment où un individu est arrêté via un mandat ou encore comparaît, les informations deviennent publiques, n’importe qui pourrait y avoir accès au palais de justice. Les médias ne font que faciliter l’accès à ces informations en les relayant au public.
    Troisièmement, dans certains cas, nous médiatisons en début de processus lorsque possible pour permettre à d’autres victimes, si il y en a, de sortir de l’ombre et d’y mettre leur voix.
    Afin d’être clair, le principe de présomption d’innocence doit prévaloir dans l’ensemble des dossiers judiciaires.

Les commentaires sont fermés.