Les Schtroumpfs : le village perdu

Chaque Schtroumpf a une « spécialité », un qualificatif dans son nom qui permet de le distinguer des autres, mais la Schtroumpfette, elle, quelle est sa qualité? C’est ce qu’elle tente désespérément de trouver. Cependant, lors d’une randonnée de « schtroumpfboard » (si ma mémoire est bonne) elle fit la rencontre de ce qui semble être un autre schtroumpf, mais il disparaitra au-delà du mur de la « zone interdite ».

La première chose qui m’a frappé, c’est la qualité visuelle. La technologie de l’animation ne cesse de s’améliorer et l’on profite pleinement de ces avancées dans ce nouveau long métrage d’animation et ça promet pour les prochains à venir. Les couleurs, les ombrages sont très bien faits et la « profondeur » (même si je ne l’ai pas vu en 3D) est palpable.

Côté trame sonore, on ne se trompe pas vraiment avec Demi Levato du côté anglophone et Marie-Mai qui reprend son rôle de la Schtroumpfette dans la version québécoise.

Au niveau de l’histoire, il fallait s’y attendre pour un troisième opus que nous aurions droit à une « crise d’identité » comme nous le voyons souvent lors de trilogie et le « timing » était bon avec la Schtroumpfette. Elle tient relativement bien la route du moins les événements s’enchainent bien. Par contre, il va sans dire que les jeunes enfants ne s’en rendront pas compte, aucune explication sur la nature du mur géant, même si le Grand Schtroumpf semble savoir de quoi il en retourne, il ne nous donne aucune information sur ce dernier.

J’ai grandi dans l’univers des Schtroumpfs et j’ai lu et écouté probablement tous les épisodes de ceux-ci et je suis toujours content de les retrouver au grand écran, car je trouve qu’ils ont gardé le même humour et « tic » que la série originale avait : Gargamel est toujours aussi maladroit, le cerveau est bien évidement Azrael et chaque Schtroumpf correspond bien à sa qualité.

Je suis allé le voir en famille et tout le monde à bien apprécier son expérience, incluant ma fille de 5 ans qui normalement a de la misère à rester en place, elle était « scotchée » devant l’écran. Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous le conseille fortement.

Fiche technique

  • Titre original : Smurfs: The Lost Village
  • Titre français : Les Schtroumpfs et le Village perdu
  • Titre québécois : Les Schtroumpfs : Le Village perdu
  • Réalisation : Kelly Asbury
  • Scénario : Stacey Harman et Pamela Ribon (en), d’après la série de bande dessinée belge Les Schtroumpfs créée par Peyo
  • Direction artistique : Dean Gordon et Marcelo Vignali
  • Décors : Noëlle Triaureau
  • Son : Panos Asimenios
  • Montage : Bret Marnell
  • Musique : Christopher Lennertz
  • Production : Jordan Kerner (en)
  • Musique : Christopher Lennertz
    • Production déléguée : Raja Gosnell et Benjamin Waisbren (en)
    • Coproduction : Mary Ellen Bauder
  • Société de production : Sony Pictures Animation
  • Société de distribution : Columbia Pictures
  • Pays d’origine : États-Unis
  • Langue originale : anglais
  • Format : couleur – 1,85:1 – son Dolby Digital
  • Genre : animation
  • Durée : 89 minutes
  • Dates de sortie :
    • France :
    • États-Unis :

Distribution

Voix originales

  • Rainn Wilson : Gargamel
  • Demi Lovato : la Schtroumpfette
  • Mandy Patinkin : le Grand Schtroumpf
  • Joe Manganiello : le Schtroumpf costaud
  • Danny Pudi : le Schtroumpf à lunettes
  • Jack McBrayer : le Schtroumpf maladroit
  • Gabriel Iglesias (en) : le Schtroumpf farceur
  • Jake Johnson : le Schtroumpf grognon
  • Tituss Burgess : le Schtroumpf coquet
  • Jeff Dunham : le Schtroumpf paysan
  • Gordon Ramsay : le Schtroumpf boulanger
  • Kelly Asbury : le Schtroumpf curieux
  • Michelle Rodriguez : Tempête (« SmurfStorm »)
  • Ellie Kemper : « SmurfBlossom »
  • Ariel Winter : « SmurfLily »