Québec donne le go à l’agrandissement de Canadian Malartic

Photo: François Munger - MédiAT
Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Suivez-moi

Le gouvernement du Québec a annoncé aujourd’hui qu’il donnait son autorisation à la minière Canadian Malartic pour aller de l’avant avec son projet d’agrandissement ainsi que la déviation de la route 117.

C’est ce qu’a annoncé cet après-midi le député d’Abitibi-Est Guy Bourgeois. L’agrandissement devrait permettre une prolongation de la durée de vie de la mine de six ans et de maintenir plus de 1 250 emplois dont 700 directement à la mine.

« Il n’y a aucun doute, il s’agit d’un investissement important qui aura des retombées économiques positives et majeures pour l’Abitibi-Témiscamingue. L’agrandissement de la minière  contribuera à consolider les emplois de plus de 1 250 travailleurs de notre région. Le projet créera également 160 emplois spécifiquement pour les travaux de déviation de la route 117. Je suis convaincu que Canadian Malartic continuera à travailler de concert avec notre gouvernement afin de maintenir une relation constructive et durable avec la communauté. » mentionne Luc Blanchette, député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue

Les différentes chambres de commerce de la région se réjouissent également de l’annonce faite cet après-midi.

« C’est une nouvelle qui se veut des plus réjouissante pour le développement économique de la région. Nos collectivités dépendent de l’exploitation de nos ressources naturelles et nous avons besoin de celles-ci pour faire tourner notre économie. Il est difficile de prétendre que la diversification est possible sans l’apport de l’industrie minière et forestière. Ces secteurs sont nos moteurs et ils sont indispensables pour nourrir notre croissance et notre essor » affirme Stéphan Ferron, président de la CCVD.

« Après de longs mois d’attente, le député d’Abitibi-Est et adjoint parlementaire du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Guy Bourgeois, vient afin d’annoncer l’autorisation du projet d’agrandissement de la mine Canadian Malartic et de la déviation de la route 117. Nous en sommes très satisfaits », affirme le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda, Jean-Claude Loranger.

Québec rappelle toutefois faire de l’environnement et du bien-être de la population une priorité dans le processus. L’autorisation délivrée pour l’agrandissement de la mine compte pas moins de neuf nouvelles conditions, dont cinq concernent le climat sonore. Celle émise pour la déviation de la route 117 comporte, quant à elle, cinq conditions, dont une porte sur le climat sonore.

« La protection de l’environnement et le bien-être de la population de Malartic constituent des priorités pour notre gouvernement dans ce projet d’une grande importance pour l’économie de la région. Soyez assurés que nous veillerons, pendant les phases de construction et d’exploitation de la mine et de la route 117, à ce que l’entreprise respecte ses engagements et les conditions reliés aux autorisations octroyées par les différents ministères et organismes gouvernementaux. »  ajoute Guy Bourgeois, député d’Abitibi-Est et adjoint parlementaire du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles

Les conditions fixent le taux d’extraction à un maximum de 241 000 tonnes par jour, réclament la mise en place d’un plan de compensation des milieux humides et d’un plan de compensation des pertes d’habitats du poisson. Pour ce qui est du son, un système précis de gestion des plaintes, la surveillance du climat sonore pendant les phases de construction et d’exploitation et un plan d’action pour améliorer les performances sonores est demandé. Une condition relative à la surveillance du climat sonore liée à la mise en service de la route 117 est également inscrite au décret.