Bon Cop Bad Cop 2

Nadyne Lambert
Nadyne Lambert

Les derniers articles par Nadyne Lambert (tout voir)

 

Plus de 10 ans après la sortie du premier film Bon Cop Bad Cop, plus de 3 ans après l’annonce que Patrick Huard travaillait sur une suite et plus de 3 mois après la sortie de la première bande-annonce, Bon Cop Bad Cop 2 est enfin arrivé sur nos écrans. David Bouchard et Martin Ward n’ont pas besoin de présentation puisque leurs premières aventures, après toutes ces années, restent classée en 2e place du palmarès des films québécois les plus vues depuis 1985. Le retour des deux policiers chouchous des Québécois était donc espéré depuis longtemps et les attentes étaient très élevées pour ce deuxième titre de la série Bon Cop Bad Cop.

Dans ce film, nous assistons aux retrouvailles imprévues de David et Martin alors que ce dernier, maintenant employé par la GRC, participe à une intervention tactique dans un groupe criminalisé de vols de voitures où David travaille en infiltration pour la Sûreté du Québec, depuis 1 an. Suite à cette opération, ils devront combiner leurs enquêtes respectives pour arriver à découvrir ce qui se trame derrière ce réseau et qui en est la tête dirigeante.

Plus de 8 ans après leur dernière rencontre, leur nouvelle collaboration les mènera à vivre des aventures rocambolesques, à se mettre en danger mais surtout à redécouvrir leur amitié. Plusieurs choses ont changé avec le temps mais leur complicité et leur efficacité reprendront vite le dessus même vis-à-vis leurs voisins américains qui leur causeront quelques embûches.

Dès les premières minutes, on peut constater la première différence majeure avec le 1er volet: le budget. Effectivement, vu le succès de Bon Cop Bad Cop, ce deuxième film bénéficie d’une somme beaucoup plus élevée pour sa production et ça paraît à l’écran. L’ensemble du film est plus esthétique, on y voit des scènes de course de voitures dignes de Fast and furious, s’en suit des scènes de combats et d’explosions plus que réalistes qui impressionnent pour une production québécoise.

Cependant, une chose reste la même, le duo original du policier ontarien Martin Ward et du policier québécois David Bouchard. Après seulement quelques instants de leur première scène ensemble, on retrouve avec bonheur cette relation d’amitié, de complicité et, disons le, de petites taquineries savoureuses. Les dialogues bilingues entre les deux personnages, qui s’échangent constamment la langue dans laquelle ils s’expriment, et qui avait été un élément du succès du premier opus, sont toujours utilisés avec autant d’efficacité pour faire rire le spectateur.

En plus des deux personnages principaux, notons aussi le retour de Suzie, la femme de David, de Gabrielle, la fille de David ainsi que de Jonathan, le fils de Martin. La réintégration de ces personnages nous ramènent efficacement les souvenirs du premier film et nous fait apprécier la continuité entre les deux volets. Il ne faut cependant pas oublier les nouveaux venus. Marc Beaupré reprend à nouveau un rôle de méchant, dans lequel il est très à l’aise suite à son interprétation de Marc dans Série noire, en interprétant Mike le bras droit du gangster Dipietro. Il offre une performance impressionnante qui rend son personnage à la fois dur et attachant. Encore une fois, Patrick Huard laisse la place à un humoriste qui est en pleine ascension dans sa carrière, le personnage de légiste de Louis-José Houde est donc relayé par le personnage « very fucking weird…but awesome » d’informaticienne geek (est-ce un pléonasme?) interprétée par Mariana Mazza. Les fans de l’humoriste seront ravis car son personnage est assez près de la réalité: elle prend de la place, elle est grossière et elle a des répliques cinglantes. Un ajout éclectique et osé qui pimente les scènes dans lesquelles elle apparaît.

Finalement, l’intrigue de Bon Cop Bad Cop 2 est très bien ficelée et ne laisse place à aucune longueur. La transition de l’histoire 100% canadienne vers les États-Unis c’est fait en douceur et de manière convaincante. Même si les policiers américains sont grandement caricaturés, l’incompréhension régnante entre les Américains et les Canadiens est très bien mise à l’écran. L’humour, l’action et l’émotion s’entrelacent harmonieusement tout au long du scénario. Tout comme le premier film, certaines répliques savoureuses sauront vous faire éclater de rires et d’autres vous émouvoir.

Vous pouvez donc vous rendre voir Bon Cop Bad Cop 2 sans crainte, votre souvenir agréable de l’été 2006, à la sortie du cinéma, suite au visionnement du premier volet restera intact. Patrick Huard et son équipe ont gagné leur gageure, ce nouveau film surclasse le premier aisément.

 

Fiche technique:

Réalisation: Alain Desrochers

Scénario: Patrick Huard

Musique: Anik Jean

Producteurs: Pierre Even, François Flammand et Patrick Huard

Société de distribution: Les films Séville inc.

Langue d’origine: Français/Anglais

Genre: Action/Comédie

Durée: 2h06

 

Distribution:

Patrick Huard: David Bouchard

Colm Feore: Martin Ward

Noam Jenkins: Sylvio Dipietro

Marc Beaupré: Mike (Michel) Dubois

Lucie Laurier: Suzie

Sarah-Jeanne Labrosse: Gabrielle

Mariana Mazza: MC

Erik Knudsen: Jonathan

Catherine St-Laurent: Jen

Andreas Apergis: FBI Agent Blaine