Pirates des Caraïbes – Les morts ne racontent pas d’histoires

Les derniers articles par Steve Lévesque (tout voir)

Le jeune Henry Turner, fils de Will, s’est longuement préparé à retrouver le Hollandais volant, où son père est prisonnier d’une malédiction. Après avoir réussi, il confirme à son père qu’il a trouvé le moyen de briser sa malédiction et qu’il en fera sa mission principale. Neuf ans plus tard, il se retrouve, malgré les avertissements qu’il a donnés à son capitaine de navire, prisonnier dans le triangle maudit et fait la rencontre de Salazar, qui est affligé lui aussi par une malédiction et lui demande de retrouver Jack Sparrow pour lui prendre sa boussole, ce qui le libèrera de sa malédiction.

Cinquième film de la série, ce dernier opus avait beaucoup d’attente de la part de ses « fans » et pour ma part, je n’ai pas vraiment été déçu. J’ai pu le voir en 3D, et même si je ne suis pas vraiment en accord avec cette technologie, elle a été bien rendue pour un film « live action » à l’exception peut-être d’une ou deux fois où est-ce que j’ai trouvé que l’effet de profondeur était un peu trop présent.

L’histoire quant à elle se tient, chaque scène apporte quelque chose à l’histoire, que ce soit immédiatement ou plus tard durant le film. Cependant, je dois dire que j’ai trouvé le film un peu long, je pense qu’il aurait gagné à avoir un 15 ou 20 minutes de moins. Et fidèle à leurs habitudes, Les morts ne racontent pas d’histoire a gardé le côté humoristique que nous sommes habitués de voir surtout de la part de Jack, particulièrement lors de la scène de la guillotine. Les plus perspicaces d’entre vous auront surement remarqué cependant que dans celui-ci, nous apprenons que c’est le père de Jack qui lui aurait donné la boussole alors que dans le 2e film, ce serait Tia Dalma qui lui aurait vendu.

La musique est toujours aussi grandiose. Je n’ai tout simplement rien à dire sauf que vous allez adorer. Un travail de maître a été fait de ce côté et égale celle des autres films. Aucun doute que c’est une trame sonore que vous devez avoir dans votre bibliothèque.

Les effets spéciaux sont très bien réussis dans la plupart des scènes du film. Par contre, j’ai particulièrement aimé l’effet qu’ils ont donné à Salazar et son équipage, nous avons vraiment l’impression qu’ils sont « dans l’eau » alors qu’ils sont « à l’air libre ».

Je vous conseille fortement d’aller le voir au cinéma, les effets en valent vraiment la peine. Et n’oubliez pas de rester jusqu’à la fin du générique. Ce dernier opus n’est pas différent des autres.

Fiche technique

  • Titre original : Pirates of the Caribbean: Dead Men Tell No Tales
  • Titre français : Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar
  • Titre québécois : Pirates des Caraïbes : Les morts ne racontent pas d’histoires
  • Réalisation : Joachim Rønning et Espen Sandberg
  • Scénario : Jeff Nathanson, d’après les personnages créés par Stuart Beattie, Ted Elliott, Terry Rossio3 et Jay Wolpert
  • Casting : Nikki Barrett, Susie Figgis et Ronna Kress
  • Direction artistique : Nigel Phelps
  • Décors : Tom Nursey, John Dexter, Jacinta Leong, Michael Turner, Beverley Dunn, Shannon Gottlieb et Steve Parsons
    • Superviseur : Ian Gracie
  • Costume : Penny Rose
  • Photographie : Paul Cameron
  • Montage : Roger Barton et Leigh Folsom Boyd
  • Musique : Geoff Zanelli
  • Production : Jerry Bruckheimer
    • Producteurs exécutifs : Joseph M. Caracciolo Jr., Chad Oman, Brigham Taylor
    • Producteurs associés : Melissa Reid
  • Sociétés de production : Jerry Bruckheimer Films et Walt Disney Pictures
  • Société de distribution : Walt Disney Pictures
  • Budget : 320 000 000 $
  • Pays d’origine :  États-Unis
  • Langue : anglais
  • Format : Couleurs – 35 mm – 2,35:1 – Son Dolby numérique
  • Genre : aventure, fantastique
  • Durée : 129 min environ (2 h 09 )
  • Dates de sortie : 24 mai 2017

Distribution

  • Johnny Depp (VF : Bruno Choël ; VQ : Gilbert Lachance) : Capitaine Jack Sparrow
  • Javier Bardem (VF : Frédéric van den Driessche ; VQ : Sylvain Hétu) : Capitaine Armando Salazar
  • Brenton Thwaites (VF : Gauthier Battoue ; VQ : Nicolas Bacon) : Henry Turner
  • Kaya Scodelario (VF : Victoria Grosbois ; VQ : Stéfanie Dolan) : Carina Smyth
  • Kevin McNally (VF : Jacques Frantz ; VQ : Jean-Marie Moncelet) : Joshamee Gibbs
  • Geoffrey Rush (VF : Philippe Catoire ; VQ : Denis Mercier) : Capitaine Hector Barbossa
  • Orlando Bloom (VF : Denis Laustriat ; VQ : Martin Watier) : Will Turner
  • Golshifteh Farahani (VF : elle-même) : Shansa
  • Stephen Graham (VF : Vincent Ropion) : Scrum
  • David Wenham (VF : Christian Gonon ; VQ : Daniel Picard) : John Scarfield
  • Martin Klebba (VF : Gérard Surugue ; VQ : Christian Perrault) : Marty
  • Keira Knightley (VQ : Catherine Sénart) : Elizabeth Swann
  • Angus Barnett (VF : Bernard Alane) : Mullroy
  • Giles New (VF : Sylvain Agaësse) : Murtogg
  • Adam Brown : Jib
  • Danny Kirrane : Bollard
  • Delroy Atkinson : Maddox
  • Robert Morgan : Grimes
  • Bryan Pobets : Bowen
  • Lewis McGowan : Henry à 12 ans
  • Juan Carlos Vellido : Lieutenant Lesaro
  • Rodney Afif : Officier Magda
  • Ben O’Toole : Bourreau britannique
  • Alexander Scheer : Capitaine Teague jeune
  • Paul McCartney (VF : Pierre-François Pistorio) : l’oncle de Jack (caméo)