FME droit au coeur

Photo : MédiAT
Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Suivez-moi

Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

Ça y est, j’entre dans la période que j’appelle à chaque année déprime post-FME. Ce moment où le festivalier en nous se demande pourquoi il n’y a pas un message en plein milieu de la journée pour annoncer un spectacle surprise, pourquoi j’ai pas les oreilles pleines de culture à tout les jours ou encore pourquoi j’ai pas une bière Boréale dans mes mains?

C’est le cœur gros que j’ai quitté Rouyn-Noranda ce matin à bord de ma grosse bête bleue, j’ai quitté la fin de semaine la plus culturelle de l’année vers un retour à la vie normale. À chaque année après le FME, je sais pas si c’est le manque de sommeil qui m’affecte, mais je me sens comme en peine d’amour.

Des coups de cœur j’en ai eu en masse durant la fin de semaine, autant pour des 5 à 7 bondés de monde que des moments inoubliables et des rencontre de gens extraordinaire. Parce que oui, avant tout ce sont les gens qui font du FME ce qu’il est aujourd’hui. Bénévoles, spectateurs, artistes et gens de l’industrie vibrent tous ensemble au son de la musique durant 4 jours. J’en ai rencontré du beau monde cette fin de semaine, laissez-moi vous le dire. J’en ressors avec des nouveaux amis (du moins je pense) et pleins de projets en tête grâce à de belles discussions.

Installés pour la diffusion d’AT360

Arrivé en matinée jeudi, l’horloge a rapidement indiqué midi, le moment d’aller faire la mise en ondes de l’émission des Deux Mathieu Presque Parfa’ à CFME. Petite pause lunch et hop le moment était venu de commencer à installer le plateau pour AT360. On va se le dire, les conditions météo étaient exécrables, pluie, froid, vent… j’ai eu quelques moments de découragements. J’installe pas mal tout quand… merde… ça se peut pas…. noooooon… J’avais oublié la régie à Amos. Disons que là, j’ai eu un bon 5 minutes de panique. Je dois d’ailleurs remercier Steve et mon propriétaire Luc sans qui… bin il y aurait probablement pas eu d’AT360 jeudi. Comme si l’horloge avait pris de la vitesse, 18h était déjà arrivé, j’entre en ondes et défile les invités sans arrêter une seule seconde pour me réchauffer. J’ai terminé l’émission complètement frigorifié, épuisé, sur le bord des larmes. Je dois d’ailleurs dire un gros merci à mon équipe, Karine, Steve, Dominique, Denis, Sebastien, Ariane,  Mathieu et Mathieu, j’ai pas été très agréable dans les moments après l’émission, mais sachez que je vous adore!

Après avoir tout rangé dans les véhicules, le temps était venu de manger et prendre un peu de chaleur avant d’aller se remplir les yeux et les oreilles de spectacles et de souvenir. Rien de mieux qu’une bonne poutine de chez Morasse pour se réchauffer (faut pas en abuser par contre). Le public était au rendez-vous pour le spectacle de la rentrée, tuques et mitaines en bonus. Je suis ensuite allé me coucher dans mon campeur improvisé question de récupérer un peu… nuit à oublier par contre j’avais l’impression que j’allais devenir Olaf ans la reine des neiges tellement il faisait froid, j’avais clairement pas prévu assez de couvertures.

La foule à Canailles

La routine s’est ensuite installée alors que chaque jour étaient ponctués par de plus en plus de folies des #2MPP sur les ondes radio et beaucoup de découvertes musicales. J’ai eu un coup de cœur pour Geoffroy et Kroy dans les 5 à 7, un faible pour la prestation de Canailles sous le soleil et je suis tombé littéralement sous le charme du spectacle hommage à Richard Desjardins avec en belle surprise la présence du principal intéressé. Faut le dire, la foule (plus de 12 000 personnes il parait ) est clairement tombé en amour avec le spectacle aussi. Il y a tellement de moments que je pourrais continuer à en nommer longtemps . On en a d’ailleurs rassemblé sur notre compte instagram.

Maintenant c’est le moment de retourner à la réalité et … d’aller dormir un peu avant de me relancer dans une autre semaine intense. Tout ça en continuant de fredonner les chansons de Desjardins qui me tournent dans la tête.

Fa que c’est ça là, FME, je t’aime!