Jour 351 – Kill Your Darlings

365 jours de peine d'amour

Michaël Bédard

Les derniers articles par Michaël Bédard (tout voir)

« […] j’ai l’intention d’entreprendre des démarches pour la revoir. »

  • Jour 342

J’aurais eu envie de te pondre une montée dramatique vers une fin plus heureuse, mais la rupture est un jeu qui se joue à deux. Depuis le début, j’entrevoyais de terminer cette aventure avec l’image de deux survivants qui ont vaincu la maladie, qui prouvent que l’amour, même perdu et retrouvé sous une autre forme, triomphe toujours. Ce n’était pas un secret pour personne. Même ravagé par l’agonie d’avoir été quitté, j’envisageais de conclure cette année sous le signe des retrouvailles, dans la foulée d’un pardon commun. Avec une conversation enregistrée ou une photo aux sourires francs, je souhaitais lui rendre le crédit qui lui revenait, la remercier, m’excuser, clarifier et clore parce que dire « non » à la poursuite d’une relation est une chose, mais de tout abandonner derrière en est une autre.

Ce que je craignais s’est avéré vrai; j’ai construit un personnage qui n’était finalement pas très loin de la réalité. Toute ma peur, onirique ou éveillée, n’était qu’une palpitation de mon intuition pour m’avertir que j’avais raison, que ma bonne volonté n’était pas assez pour effacer les traces de mon propre encre : elle n’a pas accepté de me revoir, elle n’en voit pas l’intérêt et elle me souhaite du succès avec ce projet, contente qu’il arrive à terme. Il ne faut pas chercher plus loin que les mots et bien que les siens, des premiers en plusieurs mois, m’aient secoué à la lecture, je décide de ne pas les interpréter, de ne pas trouver autres intentions que ce qu’ils disent, de ne pas décoder les émotions qui en émanent et j’accepte le verdict puisque cette fois, c’est vrai que je suis prêt à la laisser partir.

Maintenant, c’est à moi seul de te concocter une autre finale