Les chambres de commerce rappellent l’importance de l’industrie forestière

Conférence de presse organisée par le Conseil de l’industrie forestière du Québec, en collaboration avec la Fédération des chambres de commerce du Québec, l’Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités, dans le cadre d’une rencontre de formation qui regroupait plus de 29 chambres de commerce au Québec, dont la Chambre de commerce de Val-d’Or et la Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi.
Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Suivez-moi

Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

Les chambres de commerce de la région s’unissent pour rappeler l’importance de l’industrie forestière en Abitibi-Témiscamingue. Elles sont d’avis que l’industrie forestière est le deuxième secteur manufacturier en importance au Québec avec plus de 59 000 emplois directs mais que le portrait de la situation est préoccupant.

« La forêt québécoise est une richesse exceptionnelle dont nous devons maximiser les retombées. Le Québec doit demeurer compétitif. On ne peut se permettre de laisser tomber ces travailleurs abitibiens, il faut que le gouvernement du Québec soutienne adéquatement l’industrie afin qu’elle prenne la place qu’elle mérite sur les marchés », affirme Marcel H. Jolicoeur, président de la Chambre de commerce de Val-d’Or.

Les chambres proposent de suivre les recommandations du Conseil de l’industrie forestière du Québec pour renverser la vapeur. Les propositions sont de ramener le coût de la fibre à sa juste valeur marchande et accélérer la transformation de l’industrie des pâtes, papiers, cartons et panneaux.