Le centre de détention d’Amos finalement inauguré

Image d'un secteur de l'établissement de détention d'Amos. Photo MédiAT

La vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique était à Amos pour finalement inaugurer le nouveau centre détention mise en chantier en 2013. Les délais se sont multipliés pendant toutes les phases, mais le projet de 126 M$ accueillera ses premiers détenus d’ici la fin de l’année toujours selon Mme Guilbault.

«Nous inaugurons aujourd’hui ce nouvel établissement à la fine pointe de la technologie qui répond à un besoin criant dans la région, a déclaré la vice-première ministre. Comme gouvernement, nous serons toujours prêts à passer à l’action pour soutenir les projets porteurs.»

L’établissement répond à des besoins importants pour la sécurité des employés, de la population et des personnes incarcérées.

«Il permettra aux intervenants sur place d’accomplir, dans les meilleures conditions, leur importante mission  qui est d’assurer la prise en charge  des personnes qui leurs sont confiées et d’assurer leur réinsertion sociale», de conclure la Vice-Première ministre.

Le ministre régional, Pierre Dufour a quant lui souligné l’important apport économique de cette nouvelle construction grâce à la création de 40 nouveaux emplois. La députée d’Abitbi-Ouest, Suzanne Blais, après avoir répété sensiblement le même message, a rappelé que la prison permettrait d’éviter les transferts à répétition entre l’établissement d’Amos et Saint-Jérôme. La ministre de la Sécurité publique a également affirmé que le dossier du pont aérien entre le Nord-du-Québec et la région était réglé. Grâce à un partenariat entre le ministère et les différents partenaires impliqués, il a été établi que les peines plus courtes seraient purgées à Amos et les plus longues à St-Jérôme.

L’ancien député d’Abitibi-Ouest, François Gendron, était sur place pour assister à cette cérémonie protocolaire. C’est lui, en compagnie du ministre de la Sécurité publique de l’époque, Stéphane Bergeron, qui avait autorisé la construction de la nouvelle prison en 2013. Il n’aura finalement pas été en mesure d’inaugurer le bâtiment.

 

Faits saillants :

  • L’Établissement de détention d’Amos, réalisé par la Société québécoise des infrastructures, offrira 220 places, soit 99 de plus que le bâtiment précédent.
  • Ce bâtiment, construit en 1977, sera utilisé pour l’hébergement des personnes purgeant des peines discontinues, mais aussi comme quartier cellulaire pour les comparutions au palais de justice d’Amos.
  • Le nouvel établissement accueillera graduellement les personnes incarcérées à l’issue d’une période de rodage du personnel d’environ trois mois, qui se terminera à la fin de novembre.
  • Au total, 175 personnes y travailleront, ce qui représente quelque 40 nouveaux emplois permanents, dont une trentaine d’agents des services correctionnels.
  • Pendant la phase active de construction, le chantier comptait près de 250 travailleurs et a contribué à créer de nombreux emplois indirects.
  • Au Québec, 19 établissements de détention sont de compétence provinciale. Les Services correctionnels ont notamment la responsabilité d’assurer la garde des personnes prévenues ou purgeant une peine d’emprisonnement de moins de deux ans, tout en favorisant leur réinsertion sociale.