365 jours de peine d'amour

Jour 11 – Pleurer en genre et en nombre

Il existe dans notre vocabulaire des mots qui sont plus grands que nature, dont la puissance et le sens dépassent toute compréhension possible. Ils ont des définitions, sont utilisés à outrance et lorsqu’on s’attarde à essayer de comprendre ce qu’ils veulent dire ou ce qu’ils représentent vraiment, ces mots prennent presque des allures de concepts mythiques. Des mots qui engendrent, lorsque prononcés, des réactions chimiques corporelles, dont les explications sont Lire plus