Jour 111 – happythankyoumoreplease

365 jours de peine d'amour

Michaël Bédard

Les derniers articles par Michaël Bédard (tout voir)

depuisquetesyeuxsesontposéssurellelorsdesonarrivée,iln’estpasexagérédedirequetonsangalterneentretaqueueetlerestedetoncorps.enfait,cen’estqu’unequestiondesurviepuisquesitupouvaisfonctionnersansavoirbesoindetacirculationsanguine,tutecontenteraisdelaconstanteérectionquesaseuleprésencedanslamêmepiècequetoiimpose.d’ailleurs,elleestcellequiguidechacunedetespensées,chacunedetesenvies,chaquemouvementquetufaisestcalculé,maisdevientmaladroittellementchacundesesgestesàelletouchelacible.sansmêmequetunet’enrendescompte,elletepossèdedéjàtoutentier,tuteretrouvescontrôléparcetteinconnuequetuaspourtantl’impressiond’avoirressentiplusieursfois,etce,depuislongtempsdéjà.plutôtquedetroppenseretdetoutgâcher,tuenfileslesverres,convaincuqu’ilssontlesalliésdonttaconfianceabesoinettun’aspastort,c’estsousleurcharmequetuterisquesàaborderl’objetdetesdésirs,cenouveaufantasmequivienttoutjustedenaître,quetudoisabsolumentassouvirsansquoic’esttoiquivamourir.deplusenplusintoxiqué, mais toujours aussi bandé, tubalbutiescequitevientdansl’espoird’éventuellementtoi-mêmevenir.

dansl’attentedesaréponsequitesembleéternelle,tutequestionnessurleseffetsperversdel’alcool,saufquec’estunsourirequisedessinesurseslèvresettusensimmédiatementlaréciprocité.aufildelaconversation,lesriresfusent,lessujetst’intéressentetcequin’étaitqu’uneattirancephysiquesetransformeenconnexionmentaleetspirituelle.c’estenquittantpourlepetitcoinqu’elletetouchepourlapremièrefois.ilnes’agitqued’unesimplemainsurtonbras,restequetonéchineestélectrocutéed’unfrissonquiconfirmetesintentionsphysiques.lorsdesasortiedestoilettes,ellenerevientpasdirectementtevoirettutesurprendsàtelaisseratteindre,voireàjalouserceuxquiobtiennentdesontempsàtaplace.tusaistrèsbienquec’estunjeudeséductionetquetutombesdanssonpiège,maistutelaissesattraper,chaudlapinoulapintropchaud,peuimporte,tun’asplusletempsderéfléchirqu’elleestdéjàderetouretcettefois,tuesdéterminéàêtreledominantpouréviterqu’ellenetepréfèrequelqu’und’autreànouveau.d’anecdotesenanecdotes,tutefaisbienparaîtreaupointoùtusensdanslasynergologiedesesmouvementsquetuluiplais,cequit’encourageàboiredavantage,certainquetufaisbonneimpression.c’estlecas,sonregardestplongédansletienetiln’estplusquestionpourpersonned’allervoirailleurs.lasoiréetirebientôtàsafinparcequec’estcequel’heureindique.tucrainsdedevoirteséparerettusensqu’elleaussi,c’estpourquoituterisquesàl’invitercheztoipour«continuerladiscussion».unefoisdansletaxi,tusenssacuissequifrôlelatienneetdanscetteenviedelapoursuitedevosdeuxcorpsquis’apprivoisent,tuluiprendslamain.iln’enfautpaspluspourqu’ellet’embrasse,languepremière.toutautour,plusrienexisteetc’estl’arrivéedelavoiturecheztoiquivousramèneàlaréalité.unefoisàl’intérieur,latensionsexuelleestàsoncomble,maisl’interruptiondevotretorridebaiserainstalléunegênequitemotiveàvousservirunverre.laconversationreprenddeplusbellesousunautreton,pluslangoureux.enconnaissancedecauseetunefoislesverresterminés,c’estàtontourdeposerteslèvressurlessiennesdanstoutel’intensitédecequetues,cequilafaitcouiner.leslanguess’enmêlentetvoscorpsfontconnaissancecommetul’avaissiardemmentsouhaité.tulemanifested’ungrognement,ellegémitdéjàetsansperdredetemps,lesvêtementssontsurlesoletvousêtesdanslelit.lachaleurdevosnuditésvousenivrentetdanstoutlesauvagequivouscaractérisedepuisledébut,sansquel’unl’aitdécidéplusquel’autre,vousvousprenezsanspréliminaire.elleestsurtoi,tuesenelleet tu ouvres les yeux. Le réveil est pénible. Tu as mal à la tête… et tu n’es pas seul.