Les appareils Boeing 737 MAX 8 et Boeing 737 MAX 9 cloués au sol au Canada

Boeing 737 Max d'Air Canada Photo : Jean-Philippe Richard
Francois Munger
Suivez-moi

Francois Munger

Journaliste chez MédiAT
Francois Munger
Suivez-moi

Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

Le ministre fédéral des Transports Marc Garneau a finalement annoncé ce matin qu’il restreignant le décollage, l’atterrissage et le survol de l’espace aérien du Canada par les appareils Boeing 737 MAX 8 et Boeing 737 MAX 9.

« Suivant les conseils des experts de l’aviation civile de Transports Canada, j’ai émis, à titre de mesure préventive, un avis de sécurité afin de régler ce problème. Cet avis de sécurité restreint le décollage, l’atterrissage ou le survol de l’espace aérien canadien par tout vol commercial de passagers effectué par des appareils Boeing 737 MAX 8 et Boeing 737 MAX 9 exploité par tout transporteur aérien, canadien comme étranger. » mentionne le ministre

Les voyageurs qui devaient emprunter une route utilisant ce type d’appareil sont priés de vérifier auprès de leur transporteur aérien pour connaître les mesures en place. Les entreprises Air Canada et Westjet et Sunwing exploitent ce type d’avion.

«Air Canada a mis en place une politique souple sur les annulations et modifications de réservations à l’intention des clients touchés, qui offre notamment la possibilité d’obtenir un remboursement complet. Nous nous efforçons de réacheminer les clients touchés dès que possible. Cependant, étant donné le volume de voyageurs que nous transportons normalement avec ce type d’appareil, soit en moyenne 9 000 à 12 000 passagers par jour, des retards sont à prévoir pour les clients qui communiqueront avec les centres de services d’Air Canada. Nous les remercions d’avance pour leur patience. » mentionne Air Canada

L’interdiction de vol survient au moment où le ministre fédéral mentionne avoir reçu de nouvelles informations suite à l’écrasement du vol d’un appareil de la compagnie Ethiopian Airlines dimanche. Les images satellites relèvent des similarités entre le crash de dimanche et celui d’un appareil de Lion Air en octobre. La mesure est en place pour une durée indéterminée.

Le Canada se joint donc à plusieurs pays qui ont choisi d’interdire le vol de ce type d’appareil, alors que les États-Unis ont finalement emboîté le pas en milieu de l’après-midi.