365 jours de peine d'amour

Jour 131 – Getting Day Drunk

Métropole. Minable hôtel. La tequila, déjà entamée, surplombe de peu la moitié de la bouteille. L’ivresse, elle, se fait attendre. Impossible de la sélectionner dans les options de service aux chambres. Elle se mérite. Écrire en syllabes. Dans l’envie d’être Charles Bukowski. Ou Frédéric Beigbeder. Audition ratée. N’être personne. Artiste raté. Non, n’être tout simplement que personne. Invisible. Ne pas même être assez spectaculaire pour se planter. Juste moyen. Correct Lire plus