365 jours de peine d'amour

Jour 156 – Les univers parallèles

26 mars 2019. Tu reviens à la maison. Le souper est prêt. Comme j’ai terminé plus tôt, j’ai eu envie de te faire une surprise. Ton sourire est faux. Presque forcé. Dans tes yeux, il y a l’incompréhension. Avec une panique. Je crains le pire. Il a plusieurs visages. Il y aura aveu. Je le sens. Instinctivement, je m’assois. Tu prends place face à moi. Le repas refroidit. Ta main Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 155 – Coincés conformés

Nous/sommes/ce texte./Tous fragmentés,/incapables/d’être/complètement,/nous/préférons/nous rassurer/en catégorisant/plutôt/que de faire face/à l’inconnu./Rassurés dans ce qui est pareil,/nous/ avons/même/mis en boîte/les différents./Personne/n’échappe/au/jugement/d’une société/qui a peur/de ne pas connaître,/de ne pas savoir./L’art/de juger/est enseigné/dès l’enfance./Il/se transmet/comme la peste/de génération/en génération./Tout/est/devenu/désuet./La catégorisation/et/les standards/sont/tout aussi/archaïques/que/la fermeture d’esprit./Heureusement,/peu à peu,/les marginaux/se transforment/en idoles/et/en modèles/alors/qu’il n’y a/pas si longtemps,/ils étaient les martyrs/d’un peuple conservateur./Il/est/nouveau/d’être glorifié/pour s’être sorti/du moule./L’amour/n’y échappe pas./Dévier du prescrit/n’est/pas bien vu/par les amoureux/qui ont suivi/le plan./Il/s’agit/encore/d’une Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 154 – Trilogie d’une autodestruction : S’appauvrir

Maintenant Les réveils dans le sous-sol de mon enfance s’ajoutent les uns aux autres. Sans trop savoir où s’en va ma vie, je sais que je guéris, lentement. De la peine d’amour, oui, mais de la dépression aussi. Le repos est une denrée rare. Je me l’accorde. Il n’est pas gratuit. Il y a un prix à payer pour se reposer le cœur, le corps et l’esprit. Il est énorme. Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 153 – Trilogie d’une autodestruction : S’assommer

6 avril 2018 La dépression se poursuit. Plutôt que de me guetter, elle me possède maintenant tout entier. Elle a profité du dernier mois pour gagner le terrain nécessaire pour que je lui appartienne complètement. Le sommeil est mon seul refuge. D’ailleurs, c’est présentement la sonnerie maudite de mon cellulaire qui m’en extirpe, qui m’arrache du seul havre de paix qui me permet d’exister ou de ne plus le faire, Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 152 – Trilogie d’une autodestruction : S’affamer

Mars 2018 La dépression me guette. Ce n’est pas qu’elle pourrait survenir, c’est littéralement que je suis devenu sa proie. Du levée du corps au coucher, elle est là. Nous cohabitons. Elle me surveille pour savoir quand faire ses visites. Personne n’en sait rien tandis qu’elle et moi, nous savons. Plus personne ne sait rien de moi parce que mon mode de vie ne permet que la surface. Même ma Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 151 – Les adieux obligés

Quand l’étincelle survient, la combustion est spontanée et la flamme, aussi petite qu’invisible, se forme. Dans toute la puissance qu’elle peut se permettre, elle brûle assez pour que le contact soit efficace. Peu à peu, elle courbe le faciès des modèles, mutile ce qui était si plastique pour enlaidir les œuvres déjà laides. La cire coule en longues mèches de haut en bas, défigurant lentement ce qui mérite de se Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 150 – Selfish

Après 150 jours, je juge que nous sommes assez à l’aise pour tout se dire. Aujourd’hui, j’ai mieux à faire. Va lire ailleurs.

365 jours de peine d'amour

Jour 149 – HIMYM – S4, EP22 – 1:50/2:55

L’écriture est une rencontre. Un peu comme deux personnes qui se croisent pour la première fois, il y a une multitude de facteurs qui permettent la création d’un nouveau texte. L’œuvre du destin, il est nécessaire que tout prenne place de la bonne manière pour qu’un écrit naisse tel qu’il est lu, qu’une histoire commence telle qu’elle est vécue. Chaque fois, ce sont de petits détails qui s’ajoutent les uns Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 148 – Dialogue

MOI – La convention s’est installée de facto entre nous. Elle fait partie de ce qui ne se discute pas, de ce qui s’impose naturellement, de ce que personne ne questionne. J’écris, tu lis. Je parles, tu écoutes. Pourtant, il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. Il n’y a pas que moi. Il n’y a pas que toi non plus. Il y a nous, surtout. La somme de nos Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 147 – Amende honorable

Je n’ai pas toujours été un bon amoureux. Au-delà de ça, je pense que je n’ai pas toujours été une bonne personne. Ni un bon ami. Encore moins un bon fils. En fait, je pense que j’ai été plus souvent mauvais que bon. Tant comme personne que comme humain. Tout en essayant d’éviter l’échec à tout prix, j’ai grandement déçu autour de moi. Involontairement, certes, il reste que le résultat Lire plus