365 jours de peine d'amour

Jour 110 – Ce qui ne reste pas

« Remember walking a mile to your house A glow in the dark I made a fumbling play for your heart And the act struck a spark. You wore a charm in a chain that I stole Especially for you. Love’s such a delicate thing that we do With nothing to prove Which I never knew. » Simple Song, The Shins Ce n’était qu’une question de temps avant que s’officialise Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 109 – Elle m’aima, Québec

Si je plonge dans la cicatrice de ton départ, je me retrouve à nager dans la nostalgie de te savoir exister encore. Dans le sang qui coagule de plus en plus, je m’abreuve de ce que tu as été, AB positif, arrière-goût de toujours me voir te recevoir universellement, mais j’essaie de me sevrer de la natation dans les entailles de notre rupture. Mutilé, je m’auto-guéris et je sèche d’avoir Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 107 – Devoir reprendre son coeur

Le partage est la valeur commune qui bonifie les relations interpersonnelles. Enseignée dès l’enfance, elle est cette variable qui relie les êtres humains dans la quête commune d’être de bonnes personnes. Se manifestant dans le contact avec les autres enfants à la garderie, elle poursuit son chemin dans l’adolescence pour essayer de s’ancrer tant bien que mal dans l’adulte qui n’est pas toujours parfait dans l’altruisme avec autrui. Effort constant, Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 106 – Fennec

L’amour heureux est un petit animal qui m’apparaît impossible à capturer. En voie d’extinction, il se protège, se cache, fragile, conscient de sa situation, préférant préserver sa condition que de se laisser apprivoiser. Mythique, il est remis en doute par les plus pessimistes et même s’il a été aperçu ici et là, certains n’y croient pas. Monogame par définition, il est l’histoire d’un seul partenaire, d’une unique aventure et c’est Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 105 – En arrêt de travail (Partie 2)

« […] l’amour est un travail qui n’a pas toujours les conditions les plus avantageuses. » Jour 104 Maintenant que c’est entendu que l’amour est précaire, il reste possible d’améliorer le sort de tous ces travailleurs relationnelles qui ne veulent qu’une sanité de l’emploi à deux pour pouvoir avoir accès à une stabilité de main-d’œuvre. Comme le chômage devient une option facile quand le labeur est trop dur, il est important Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 104 – En arrêt de travail (Partie 1)

Les limites de l’amour sont aussi floues que ce qu’elles tentent de réguler, sans compter qu’elles peuvent devenir subjectives parce qu’il est ardu de savoir où arrêter ce qui ne se définit pas. Tous et chacun expérimentent pour savoir jusqu’où ils peuvent aller sous l’égide d’un mystérieux ressenti sans toujours s’en sortir indemnes, mais chaque fois avec l’impression de comprendre davantage, de pouvoir mieux saisir les barèmes de ce qu’ils Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 103 – Étincelle

Je pleure. Depuis le moment où nous l’avons fait à chaudes larmes dans ce qui était jadis notre appartement, qui est devenu le tien à l’instant où tout s’est terminé officieusement, où je suis sorti pour ne plus jamais y revenir en tant que colocataire et de ton logis, et de ton cœur, je n’avais pas pleuré. Comme si j’avais tout laissé de moi avec toi ce soir-là, je me Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 102 – Compton

Ma répartie est ma carte de visite quand vient le temps de démontrer l’ampleur de ce que je représente. Les phrases sont mitraillées pour prouver d’où je viens, verve clairement adressée, le code postal en bavures reprochées à ce qui ose me commander. Alors est projeté ce qui a été demandé, colis rempli d’explosifs de ce que je dis, dans toute la toxicité de vouloir l’autre en lambeaux par mes Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 101 – Apprendre la trahison

Ce n’est écrit nulle part dans la Bible, mais même les plus grands Saints en viennent à mourir. Devant l’aveuglement de notre dévouement à s’assurer qu’ils nous voient, mais surtout qu’ils nous reconnaissent dans l’ampleur de notre abnégation, on oublie qu’ils sont faillibles parce qu’il n’y a rien de plus divin que l’humain qui manipule bien. Les yeux fermés, c’est nous qui sommes cloués à la croix de notre allégeance, Lire plus