365 jours de peine d'amour

Jour 259 – Aimer à l’étalage

Je veux tomber en amour comme j’ai eu le coup de foudre pour moi. Progressivement, dans la découverte que la séparation avec l’un comme l’autre est impossible. L’introspection est le gérant du département des âmes sœurs. Le problème, c’est que c’est une besogne qui ne se termine jamais. Il faut vivre la colocation entre travailler sur soi-même et accepter de se montrer en chantier. C’est le juste milieu qui est Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 258 – World War III

Il n’existe rien de fiable. Tout ce qui se construit l’est pour éventuellement s’autodétruire, les humains comme les monuments. Même les pyramides n’attendent que leur tour pour s’écrouler. L’amour, lui, n’est pas patient. Il dépasse dans la file de ce qui menace de s’effondrer pour être le premier à pouvoir y avoir droit. Un peu partout autour du globe, il est pressé à ne plus exister pour être relevé ailleurs Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 257 – Enfoncer la gorge

Il faut que ça se sache : Personne n’est plus heureux que personne. La vérité, notre voix : Nous sommes. (Humains) Tous pareils. Maintenant que c’est su, il faut s’occuper de tomber amoureux. De nous.

365 jours de peine d'amour

Jour 256 – Bill Hader In SNL Is My Spirit Animal

Le couple tue l’humour. Plus sournois encore, il est un meurtrier au sang-froid et au plan précis qui s’assure que ce soit une mort lente, dans l’agonie de ce qui suffoque sans le savoir. Étape par étape, le décès est presque chirurgical, dans l’ordre chronologique habituellement synonyme de la maladie alors que personne n’est atteint de quoi que ce soit outre que l’envie de réussir la vie ensemble. D’ailleurs, c’est Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 255 – Touché coulé

Une amie s’est inscrite à Tinder. C’est loin d’être un événement, mais pourtant, ce l’est. Il faut dire que je l’admire parce qu’elle se tient loin des réseaux sociaux. Un Facebook où il n’y a qu’une seule photo de profil que l’on ne peut aimer ou commenter, peu alimenté et qui ne sert qu’à communiquer parce que c’est devenu la base d’avoir son empreinte dans la grande communauté pour pouvoir Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 254 – Le Quatuor de la Gare

Les démons se promènent ensemble avec le vice autour du cou. L’arrivée de minuit ne signifie qu’un ami de plus dans les tentatives de posséder la soirée. Même si demain est un autre jour, il n’existe pas d’exorcisme assez puissant pour endormir ceux qui sont originaires de l’endroit où le repos ne s’invente pas. Les trains sifflent comme des gorgées et il n’y a rien de plus à faire pour Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 253 – Deadline

Je lis trop Beigbeder. C’est par sa faute que tout est trop court. Les mots, les phrases, les idées. Ou grâce à lui, c’est selon. C’est à cause des grands auteurs si les petits écrivent moins. Je te promets de te revenir bientôt. De paragraphes interminables, de théories dégoulinantes. Pour éviter à ma mère d’avoir à se plaindre. Le changement effraie l’habitude. Et les plus vieux sont habitués. Demain, probablement. Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 252 – L’éphémère

En amour comme en amitié, tout se termine et tout se termine trop vite. Tout est déjà fini. Rien ne commence. Ne recommence. Même la poutine ne goûtait pas bon tantôt. Un extra « ne plus savoir pleurer, mais souffrir quand même. », sans l’avoir demandé. C’est triste. Et c’est tout.

365 jours de peine d'amour

Jour 250 – Politically Correct

De me savoir lu apporte son lot de responsabilités. Il m’est impossible d’empiler les mots comme l’on mange des calories vides. Chacun doit avoir sa signification, être au service du texte pour en amplifier la puissance. Ce qui est dit doit être pertinent, en lien avec la ligne directrice de la peine d’amour et ne pas être trop dans la subtilité. Le concret est primé même s’il est difficile de Lire plus