365 jours de peine d'amour

Jour 250 – Politically Correct

De me savoir lu apporte son lot de responsabilités. Il m’est impossible d’empiler les mots comme l’on mange des calories vides. Chacun doit avoir sa signification, être au service du texte pour en amplifier la puissance. Ce qui est dit doit être pertinent, en lien avec la ligne directrice de la peine d’amour et ne pas être trop dans la subtilité. Le concret est primé même s’il est difficile de Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 249 – Sagittaire

J’essaie d’être brave à chevaucher le gravier comme je menace de tomber sur la dureté du sol des sentiers sans toi. La suppression d’un être est une épreuve équestre et les sentiments, des étalons à dompter. Bien en selle, j’évite de galoper trop près de l’étable, ce lieu interdit où ton odeur est une moulée à se souvenir. Il y a longtemps que je ne m’alimente plus de notre bouillie Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 248 – Atlas

La vie est à la hauteur quand on prend la peine de la soulever. Devant toute la lourdeur du quotidien, des responsabilités et des attentes, c’est devenu un défi de ne pas s’écraser et de continuer de la porter à bout de bras; il faut des bonnes épaules pour maintenir le bonheur. Il ne suffit pas que d’y croire, il est nécessaire de le vivre debout, dans la croyance que Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 247 – IMDB (It’s My Damn Business) : de 0 à 100% sur Rotten Tomatoes

Être heureux est un choix et je n’ai jamais été réputé pour savoir ce que je veux. La preuve, c’est qu’il m’est arrivé de saboter des relations amoureuses par l’envie d’aller voir ailleurs et au-delà de la sexualité, simplement par le goût de la découverte. Sur le plan scolaire, j’ai étudié dans deux domaines différents. Professionnellement parlant, j’en suis encore à chercher ce qui me convient, ce qui est possible Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 246 – Le syndrome de Peter Pan

Mon parcours vers le bonheur n’est pas facile à suivre. Fataliste dans l’âme en début vingtaine, je me vantais de dire adieu à une jeunesse qui débutait à peine. Aux prises avec un mal-être que je tente de chasser dans l’ironie de vieillir pour y arriver, j’ai toujours été de ces nostalgiques qui supportaient mal de quitter l’enfance et qui s’accrochaient à l’adolescence aux limites floues pour se garder dans Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 245 – Tout tracé

L’ironie suprême est que Montréal est l’endroit où j’étais le plus coincé de ma vie. Peu importe sa superficie et ses attraits, c’était la cage où mes rêves étaient emprisonnés, où je stagnais à ne pas savoir par où commencer. La maxime à suivre est de toujours avancer, mais j’ai eu besoin de reculer pour reprendre les devants parce que je n’avais plus d’emprise sur mon existence que je sentais Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 244 – Monozygote

L’écriture est une distraction. Depuis le début de 365 jours de peine d’amour, c’est mon histoire que je raconte. Avec des sauts dans le passé, des souhaits pour le futur, j’écris Jour après Jour sur ce qu’est mon présent. Le plus franchement possible, je romance des anecdotes, théorise mes réactions, matérialise mes envies, mais c’est comme si j’étais aussi devenu un personnage, comme si ce que tu lisais ici est Lire plus

365 jours de peine d'amour

Jour 243 – Être le prochain

« Bonjour à tous, ici l’auteur. Je vous souhaite la bienvenue dans mon cerveau, pardonnez mon intrusion. Fini de tricher : j’ai décidé d’être mon personnage principal. » L’amour dure trois ans, Frédéric Beigbeder Le réflexe, dans la création, c’est de faire comme ses idoles et je ne me cache pas d’être un voleur. C’est une chorégraphe en danse contemporaine qui m’a enseigné qu’être un artiste, c’est avant tout d’être bon Lire plus