Revendications du Conseil Central ATNQ pour les élections

félix antoine lafleur, ccatnq csn
Félix-Antoine Lafleur, Président du Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue -Nord-du-Québec. Photo : CCATNQ-CSN.

À l’approche des élections en octobre 2022, des revendications sont émises par le Conseil Central de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CCATNQ-CSN).

Les revendications ont été déterminées à la suite d’une consultation des 6000 membres du CCATNQ-CSN au cours de l’été. La santé et les services sociaux, l’éducation, l’enseignement supérieur et la pénurie de main-d’œuvre sont les enjeux qui préoccupent le plus les membres de l’organisation, mais le développement de la région, l’environnement et les enjeux entourant le monde du travail les affectent également.

Principales préoccupations

Le syndicat exige que la région obtienne un statut particulier pour obtenir des montants suffisant pour pallier aux problématiques rencontrées en santé et, ainsi, éviter les ruptures de services.

Le CCATNQ-CSN indique qu’il faut améliorer les conditions dans le réseau des services de garde pour permettre d’attirer de nouveaux/elles éducateurs/trices. Les places ainsi offertes permettraient d’attirer davantage de travailleurs dans d’autres domaines.

Le recours au privé par des agences de placement et des CHSLD privés devrait également être refusé par le futur gouvernement.

Pour lutter contre la pénurie de main-d’oeuvre, le CCATNQ-CSN souhaite que les candidats s’engagent à créer une politique régionale d’attraction de la main-d’œuvre, qui devrait être développée par des acteurs régionaux. Il faudrait qu’elle soit mise en place rapidement et qu’un montant conséquent y soit dédié.

Pour contrer la crise du logement, l’organisation demande aussi à ce que des loyers à prix modiques soient développés.

En enseignement, il faudrait par ailleurs que le mode de financement des institutions d’enseignement supérieur soit revu. Cela permettrait de diminuer la dépendance financière au secteur privé et de créer une meilleure offre de programmes. Davantage d’aide pour les élèves en difficulté, du préscolaire à l’université, est également exigé.

Autres demandes

Afin de développer au mieux la région, il est de plus demandé que les décisions en matière de santé et d’éducation soient décentralisées. Maintenir les médias régionaux en leur apportant un soutien et réformer le mode de scrutin sont aussi des revendications des membres.

L’environnement attire également l’attention du CCATNQ-CSN. Pour la protéger, l’organisation demande des engagements quant à la réduction des polluants dans l’air, le développement d’un plan régional d’adaptation aux changements climatiques ainsi que la révision de la politique d’aménagement forestier.

Les personnes sondées ont enfin à cœur la hausse du salaire minimum à 18$ de l’heure et la prévention des maladies psychologiques au travail.

Dernière modification le 26 août 2022 15:10