L’Association des médias écrits communautaires du Québec récompense L’Indice Bohémien

Copie De Ajouter Un Titre (2)
Francois Munger
Suivez-moi
Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

La Coopérative de solidarité du journal culturel de l’Abitibi-Témiscamingue, L’Indice bohémien, s’est démarquée vendredi dernier lors de la remise annuelle des prix de L’Association des médias écrits communautaires du Québec (l’AMECQ). En nomination dans sept des douze catégories, l’équipe du journal est repartie avec trois prix.

Feu Follet (Staifany Gonthier) a remporté le premier prix dans la catégorie conception graphique – tabloïd, pour l’édition de novembre 2019. L’éditorialiste Ariane Ouellet a quant à elle obtenu le deuxième prix dans la catégorie Opinion pour son texte Ouvrir les esprits, pas juste les frontières et finalement L’Indice bohémien a obtenu la troisième position dans la catégorie Journal
communautaire de l’année sur un total de 40 journaux en compétition.

« Je suis très fière de tout le travail réalisé en 2019 par l’équipe de L’Indice bohémien et le CA afin de rajeunir l’image et le format du journal. Ce beau changement aura permis un peu plus de liberté pour le graphisme du journal. Félicitations à Feu Follet pour le premier prix de graphisme pour les journaux tabloïd et bravo à Ariane Ouellet pour ses éditoriaux qui sont toujours des bijoux. » souligne Valérie Martinez, directrice générale de L’Indice bohémien

Marie-France Beaudry, présidente du conseil d’administration de L’Indice bohémien, a quant à elle été nommée déléguée régionale de l’Abitibi-Témiscamingue au conseil d’administration de l’AMECQ, le 30 septembre dernier.

 « Je suis très heureuse de représenter la région de l’Abitibi-Témiscamingue à l’AMECQ. Les médias communautaires vivaient déjà une crise qui a été exacerbée par la pandémie. Pourtant, ils sont essentiels au développement des régions. En travaillant en équipe et en trouvant des solutions communes, nous aurons plus de possibilités de nous réinventer. C’est cette vision qui me pousse à m’impliquer au sein de cette association nationale. » mentionne madame Beaudry