Un Amossois en tournée mondiale avec le Cirque du Soleil

LPJodion
Francis Bégin
Les derniers articles par Francis Bégin (tout voir)

Louis-Philippe Jodoin, un talentueux jongleur originaire d’Amos, a réussi à réaliser son rêve en intégrant la prestigieuse compagnie Le Cirque du Soleil. Dans cette entrevue exclusive, il nous livre les détails de son parcours pour devenir jongleur professionnel, les sacrifices et les déceptions qu’il a dû surmonter pour arriver à ses fins, ainsi que son amour profond pour la jonglerie.

Premièrement, félicitations! C’est un véritable accomplissement d’être rendu dans la plus grande compagnie de cirque au monde!

Comment on se sent d’en être rendu là?

« C’est incroyable, je réalise qu’après toutes mes années d’entraînement en jonglerie, je peux finalement partager ma passion sur un stage du Cirque du Soleil. Je suis très reconnaissant de l’opportunité que j’ai de faire partie de l’un des meilleurs spectacles du Cirque du Soleil. »

Qu’est-ce qui t’a donné la piqure au départ?

« J’ai commencé à m’intéresser à la jonglerie quand j’avais 14 ans. Un ami est allé passer une semaine dans un camp d’été de cirque, et lorsqu’il est revenu, il était capable de jongler avec trois balles. Ça m’avait vraiment impressionné, alors je me suis mis à pratiquer avec lui. On se challengeait et ça nous motivait d’apprendre plus vite. Avec l’aide de mes parents et de ses parents, on a fondé une école de cirque à Amos où on pouvait s’entrainer librement. On a commencé à faire des compétitions de trampoline aussi par la suite. »

Et, surtout, depuis combien de temps pratiques-tu les disciplines du cirque?

« J’ai commencé à m’entraîner plus sérieusement lorsque j’étais au cégep d’Amos lorsque j’avais 17 ans. Je faisais des compétitions de trampoline, et aussi, je pratiquais la jonglerie pour le plaisir. »

Pour ceux qui ne le savent pas, peux-tu nous dire c’est qui Louis-Philippe Jodoin?

« À la suite de mon Cégep en Sciences de la nature à Amos, j’ai décidé de participer aux auditions de l’École nationale de cirque de Montréal en spécialisation jonglerie. J’ai eu une offre de l’école de cirque, alors j’ai accepté évidemment. »

Peux-tu nous donner une idée du parcours fait pour se rendre jusqu’au Cirque du Soleil ?
L’entrainement, les sacrifices, les déceptions, etc.

« Je passais la majorité de mon temps à m’entrainer. »

Souvent les artistes, les athlètes de haut niveau ont le « focus » sur un but à atteindre, était-ce ton cas?

« Je n’avais pas nécessairement de but précis au départ, ma motivation venait du fait que je prenais plaisir à essayer de me surpasser à chaque entrainement. Je voulais devenir meilleur et apprendre de nouvelles choses. »

Dans une entrevue à FOX news, on a su que tu viens juste de terminer des études en génie électrique avant d’être approché par le Cirque du Soleil. Est-ce depuis le début qu’il y avait un plan B ou c’est venu par après? Le plan B étant de devenir ingénieur électrique.

« Je savais que je voulais étudier à l’université, mais je ne savais pas en quoi. J’ai choisi le génie électrique parce que les cours de sciences qui m’intéressaient le plus était ceux de physique sur l’électricité et le magnétisme. Durant mon parcours universitaire, j’ai tout même continué à m’entrainer en jonglerie et faire des contrats durant les étés. Sauf les deux dernières années, où la majorité de mon temps était consacré à terminer mon BAC en génie électrique et faire des stages pour avoir de l’expérience dans le milieu. »

*Kurios – cabinet des curiosités* est en tournée partout à travers le monde (Des États-Unis à Rome entre autres). Ma question serait : arrives-tu à profiter du moment? À visiter? Ou c’est beaucoup de travail et trop prenant?

« Oui, on a quand même le temps de visiter lors de nos journées de congés. Mais j’essaie de bien me reposer, c’est quand même demandant et je veux rester en forme. »

Pour combien de temps es-tu engagé par le Cirque?

« Mon contrat termine fin juin 2023, mais il y a possibilité que je re-signe. Reste à voir. »

Crois-tu que cette tournée-ci peut t’apporter plusieurs autres contrats avec eux?

« Peut-être, mais je crois que je vais retourner vers le génie électrique. Ça prend beaucoup de temps et de travail pour gagner de l’expérience dans ce domaine. Il n’y a rien de décidé encore, je vais voir en temps et lieu. »

Pour terminer, devrait-on tout faire pour réaliser ses rêves?

« L’important, c’est d’être heureux, être entouré de monde que tu apprécies et qui te respecte. »

En somme, Louis-Philippe Jodoin est un exemple inspirant pour tous les passionnés qui souhaitent poursuivre leurs rêves malgré les obstacles. Son parcours démontre qu’avec de la détermination et de la persévérance, tout est possible. Nous lui souhaitons tout le succès pour ses futurs spectacles avec le Cirque du Soleil.

Vous pouvez suivre Louis-Philippe Jodoin via Instagram

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Louis-Philippe Jodoin (@lou_juggling)

Dernière modification le 24 janvier 2023 18:45