Vendredi, 24 mai 2024

Senneterre est toujours en état d’alerte pour les feux de forêt.

Publié:
Christian Péloquin
Christian Péloquin
MédiAT
Partager cet article

Dans son point de presse de ce matin, la mairesse de Senneterre, Mme Nathalie-Ann Pelchat a donné le compte rendu de la situation actuelle à Senneterre. Deux feux sont encore problématiques pour les environs de Senneterre, soit le 344 qui est très de la route 113 dans le secteur de Lebel-sur-Quévillon et le 245 qui est à l’est de Senneterre, à la hauteur du lac Martin. Ce dernier s’est approché de Senneterre de cinq kilomètres et reste sous surveillance.

« Depuis le 4 juin, nous sommes toujours en état d’urgence. Nous avons fermé l’accès aux forêts, mais également les plans d’eau pour que les avions-citernes puissent avoir accès sans encombre ». Explique Mme Pelchat.

L’air est également susceptible d’être plus médiocre en cas de changement de vents. Il est donc recommandé de se procurer un masque N-95 si ce n’est pas déjà fait. Pour en avoir un, c’est disponible à l’hôtel de ville maintenant et non au bureau touristique. Un endroit de répit se prépare pour recevoir les gens qui sont incommodés par le fumé.

Certaines levées d’interdictions ont été faites récemment, mais ce n’est pas tous les secteurs qui sont ouverts. Ce n’est pas le choix de la ville, mais bien du ministère des Transports ainsi que la Sureté du Québec qui s’occupent de cette section. Pour en savoir plus, contactez Québec 511.

Pour ce qui est de l’aide aux évacués de Lebel-sur-Quévillon, c’est plus de 1800 personnes inscrites, plus 600 personnes sont sur le territoire de Senneterre hébergé dans des familles et 248 personnes hébergées à l’école secondaire. Il en reste 125 à ce jour. C’est 5 000 repas qui ont été servis.

Mme Pelchat rappelle que si jamais la ville de Senneterre devait être évacuée, les mesures d’urgence ont un plan bien établi et qu’ils sont bien préparés dans ce cas extrême. Tout est prêt avec le CISSS pour nos personnes en CHSLD et au Centre de santé.

Une trentaine de camions ont transporté différents débris potentiellement à risque d’incendie vers l’écocentre en plus d’une dizaine qui a transporté des pneus. C’est 8,5 kilomètres de tranchées qui ont été faits en guise de coupe-feu et plus de 7 000 heures de bénévoles qu’on fait les citoyens. La mairesse de Senneterre ne tarit pas d’éloges pour tous ceux et celles qui collaborent depuis le tout début de la crise.