Samedi, 13 avril 2024

Zack Belzile, bienfaiteur à 14 ans

Publié:
Joanie Duval
Joanie Duval
Journaliste
Zack Belzile et PetroNor ont remis un chèque de 8 000$ à la maison du Bouleau blanc, un de 570$ à la maison des jeunes d’Amos et un de 270$ au mouvement Kodiak. Durant la saison estivale, Zack s’est affilié à la compagnie PetroNor à titre d’ambassadeur. Monsieur Belzile s’est impliqué activement dans la communauté d’Amos avec le soutien financier de l’entreprise. Il a amassé plus de 4000$ et PetroNor à doubler le montant.
Partager cet article

Il y a de ces personnes qui marquent profondément leur communauté par une implication active dans le bénévolat. À seulement 14 ans, l’Amossois Zack Belzile fait partie de ce groupe.

Cet été, en organisant des activités de financement au Club de golf l’Oiselet entre autres, il a amassé 4000$ en dons pour La Maison du Bouleau Blanc, centre de soins palliatifs d’Amos principalement, mais aussi des centaines de dollars pour la maison des jeunes amossoise et le club Kodiak où il joue au basket-ball. De plus, il a vendu des billets de la Foire du camionneur au profit de La Ressource pour un montant supplémentaire de 3600 $. 

Son grand-papa pour inspiration

Depuis la mort de son grand-père à La Maison du Bouleau Blanc, alors qu’il avait 4 ans, Zack a commencé à vouloir aider la maison de soins palliatifs.

« De fil en aiguille, depuis qu’il a 6 ans, Zack a commencé à ramasser des bouteilles. Il faisait le tour de la famille, ramassait des bouteilles pour donner les sous », a témoigné son père Steve Belzile.

Père et fils participent depuis des années au Cyclo-don de La Ressource pour personnes handicapées de Rouyn-Noranda. En 2016, à 7 ans, alors qu’il venait de parcourir 28 km à vélo sous la pluie et le vent, Zack a déclaré à son père qu’il tenait à le faire en souvenir de son grand-papa Guy décédé. 

Les étoiles s’alignent

La rencontre de Zack avec Daniel Plante, directeur général de PetroNor, dans un tournoi de golf de la Chambre de commerce et d’industrie d’Amos-Harricana (CCIAH) a été un tournant important dans son parcours de bénévole. 

« Mon père s’implique dans la Chambre de commerce et il y a leur tournoi de golf à toutes les années. Et quand j’avais 11 ans, j’ai décidé d’y aller avec lui parce qu’il m’a demandé si ça me tentait de venir faire quelque chose pour la maison du Bouleau blanc. Puis la deuxième année, il y a Daniel qui nous a aidé à ramasser plus de dons pour la Maison du Bouleau Blanc. C’est là que c’est parti », a expliqué Zack.

« Daniel a aimé l’énergie de Zach, ce qu’il faisait et pourquoi il le faisait. Dans la soirée, il lui a dit tu repasseras me voir. Au final, ce qui est arrivé c’est qu’il a doublé son montant ramassé. Et il lui a dit l’année prochaine (cet été), tu reviendras me voir et on va regarder si on peut faire quelque chose ensemble », a ajouté son père.

« J’avais commencé par demander à Zack si c’était son père qu’il l’avait traîné au tournoi de la CCIAH pour faire du bénévolat, puis il m’a répondu que non c’est moi qui traîne mon père. Fait que là on a commencé à jaser ensemble puis de là a eu lieu l’association depuis l’année passée. Maintenant qu’il a 14 ans, on va pouvoir l’embaucher pour son emploi d’été comme ambassadeur de PetroNor pour organiser des levées de fonds ou participer dans les levées de fonds des autres », a raconté Daniel Plante.

Au bout de ses idées

Zack Belzile va jusqu’au bout de ses idées et se donne les moyens de réussir ses projets. Il a mené des activités de financement qui ont démontré une audace et un sens de l’organisation peu communs pour un jeune de son âge.

« De son propre chef, il est allé regarder avec le club de golf c’était quoi les men’s night de l’année et il a contacté chacun des organismes pour demander s’il avait le droit de faire à leur événement des concours de putting et des moitié-moitié, tout ça au profit du Bouleau Blanc », a raconté son père Steve.

Le jeune bienfaiteur a même décidé d’organiser son propre tournoi de golf au profit de la maison de soins palliatifs. 

« J’avais vu la Chambre des commerces par exemple et Desjardins qui organisent des tournois de golf, puis je me suis dit que ça pourrait être une bonne activité de financement pour la Maison du Bouleau Blanc. Donc, je me suis dit on va commencer par la famille, avec qui j’ai organisé le tournoi. Plusieurs membres de ma famille sont venus et ça s’est fini en party de famille après », a-t-il expliqué en riant.

« Le tournoi familial cette année, c’était sa pratique, et il a tout organisé de A à Z. Il avait un budget pour le tournoi et le souper hot-dog. Il a tout acheté lui-même pour le souper et fait lui-même des desserts. Il a rentré dans ses frais et tous les profits ont été remis à la Maison du Bouleau Blanc. Donc la prochaine étape l’année prochaine, à la place de le faire juste pour la famille, il aimerait ouvrir le tournoi de golf au public » a ajouté son père, fier de son fils.

Du bénévolat payant

Zack a également donné du temps bénévole à la Maison du bouleau blanc en faisant l’entretien ménager et la pelouse, ainsi qu’à d’autres organismes comme H2O le Festival et la Maison des jeunes. Même si l’ado n’avait pas encore l’âge de devenir employé chez PetroNor, l’entreprise l’a quand-même fait bénéficier de son programme de rétribution pour le bénévolat accompli par le personnel.

Pour PetroNor, il s’agit du match parfait, aligné à leur vision de l’implication sociale.

« Les soins palliatifs c’est quelque chose qui nous tient à cœur, auxquels on contribue beaucoup. Donc, ça nous a interpellé encore plus du fait que Zack c’est principalement pour la Maison du bouleau blanc qu’il ramasse des sous. Cet été, en plus de tous les tournois de golf et tout, Zack faisait du bénévolat à la Maison du bouleau blanc et à la Maison des jeunes. Nous (Petronor) on donnait 30$\h à l’organisme, donc ça l’a aidé à augmenter le montant à la fin de la saison », a déclaré Vanessa Cantin, adjointe à la direction chez PetroNor et responsable des dons et des commandites de l’entreprise.

« On fait ça avec tous nos employés en fait qui font du bénévolat, qui donnent leur temps, pour chaque heure qu’ils donnent à un organisme, on donne 30 dollars. Donc on matche tous les dons de temps en dons d’argent à l’organisme, peu importe l’organisme », a précisé Daniel Plante.

En plus de cette contribution, PetroNor s’est engagé au début de l’été dernier à remettre le double du montant amassé par Zack. Le mois dernier, c’est donc un chèque de 8000 $ que le jeune a eu le plaisir de remettre à la Maison du Bouleau Blanc.

L’entreprise a également un programme qui s’appelle Ce camion roule pour. Il s’agit de camions qui sont lettrés au nom de l’organisme pour lequel il roule. Quatre de ces camions sont associés aux quatre maisons de soins palliatifs de la région. Les camions accumulent un sou du kilomètre dans une cagnotte durant l’année et à la fin de l’année l’argent est séparé entre les quatre.

Voir plus grand

« J’ai l’intention de continuer à m’impliquer pour la Maison du bouleau blanc dans les prochaines années. Cet été, j’ai fait mon propre tournoi de golf. J’avais envie d’essayer. Donc j’aimerais justement continuer d’organiser les tournois de golf comme ça et quelques activités comme ça, par moi-même. Cette année, j’ai beaucoup aimé mon année, mais j’aimerais ça voir plus grand, aller chercher plus que les dons de la famille et donner plus d’aide dans les maisons de soins palliatifs », a déclaré Zack.

Cette volonté de s’impliquer encore plus résonne chez Daniel Plante.

« C’est le fun, c’est motivant de voir un jeune qui veut embarquer comme ça. C’est pas quelqu’un qu’on a amené à faire ça, il le faisait déjà puis on a décidé d’être son partenaire. D’avoir quelqu’un comme ça jeune, qui fonce, c’est lui qui nous tire vers l’avant en faisant plein de bonnes actions, je pense que ça rapporte beaucoup. Pour la communauté en général qui voit ça c’est un bon signal aussi. Le bénévolat c’est de plus en plus difficile, donc je pense que quand des gens décident de s’impliquer comme ça, il devrait y avoir plus de corporations qui devraient se matcher avec eux. Donner du temps ça vaut quelque chose, ça vaut plus que le temps que tu donnes finalement. Pour nous c’est juste une belle occasion d’encourager l’acte, d’encourager ses efforts. Et on espère que ça va motiver d’autres individus et d’autres entreprises à s’impliquer plus socialement », a conclu l’homme d’affaires.

Le parcours de Zack Belzile vaut définitivement la peine d’être suivi de près. Gageons qu’il accomplira encore plus de belles actions dans l’avenir.