Lundi, 20 mai 2024

Bonifier le crédit d’impôt solidarité pour les plus démunis

Dernière mise à jour: • Publié:
Mathieu Proulx
Mathieu Proulx
MédiAT
Partager cet article

Le collectif pour un Québec sans pauvreté appuyé des trois partis d’opposition à l’Assemblée nationale a demandé une bonification du crédit d’impôt solidarité afin d’aider les personnes à faible revenu.

Le porte-parole du groupe, Serge Petitclerc, rappelle que plusieurs personnes n’ont pas accès aux programmes annoncés par les gouvernements. Ceux-ci sont destinés aux travailleurs et aux entreprises. 

«…plusieurs personnes n’ont pas accès aux différents programmes d’aide des gouvernements canadien et québécois, qui sont destinés prioritairement aux travailleuses et travailleurs affectés par la crise de la COVID-19, a déploré M. Petitclerc. Ici, nous pensons, par exemple, aux personnes qui ont gagné moins de 5000 $ l’an dernier, comme la plupart des étudiantEs, à celles qui ne travaillent pas dans des emplois jugés essentiels, aux travailleuses et travailleurs temporaires étrangers et aux personnes assistées sociales. Pourquoi le gouvernement du Québec n’a-t-il rien à leur proposer? »

Aussi porte-parole, Virginie Larivière, rappelle que les prochaines semaines seront critiques pour les personnes dans le besoin avec les banques alimentaires qui seront toujours plus sollicitées et l’entraide familiale qui devient de plus en plus difficile en raison des mesures de confinement.

Les députés Monique Sauvé du Parti Libéral du Québec, Alexandre Leduc de Québec Solidaire et Harold Lebel du Parti Québécois ont soutenu la démarche.

«On parle de personnes qui étaient déjà dans le besoin ou qui, avant la crise, avaient déjà des difficultés financières, a mentionné Harold Lebel. Il va sans dire que la crise de la COVID-19 n’améliore pas leur condition! Aider les entreprises, les PME et les travailleurs, c’est très important, mais il faut aussi aider les gens les plus vulnérables de notre société, s’assurer de ne laisser personne sur la touche.»

La proposition du collectif pour un Québec sans pauvreté a été lancée au Premier ministre, François Legault et au ministre du Travail, Jean boulet, le 27 mars dernier appuyée par une trentaine d’organismes.