Lundi, 20 mai 2024

La 117 doit être prise au sérieux, disent les préfets

Dernière mise à jour: • Publié:
Mathieu Proulx
Mathieu Proulx
MédiAT
Partager cet article

Les préfets de l’Abitibi-Témiscamingue demandent au gouvernement de réaliser un vrai plan structurant pour améliorer la sécurité de la 117 dans son ensemble. Pour le préfet de la MRC Vallée-de-l’Or, Martin Ferron toutes les possibilités doivent être évaluées. Le statu quo a assez duré .

Selon M. Ferron, Depuis plusieurs années, on annonce des investissements inadéquats et souvent qui ne se réalisent même pas concrètement.  On demande donc au ministre des Transports, François Bonnardel, de donner de la substance à son engagement électoral phare en faveur de la sécurité sur la 117. 

«Nous attendons toujours les voies de dépassements, qui par ailleurs, ne viendront pas tout régler, loin de là, a déclaré préfète de la MRC de Témiscamingue et présidente de la table des préfets. Claire Bolduc. Nous avons atteint un point où des scénarios beaucoup plus ambitieux devront être analysés parle gouvernement. »

Une étude d’opportunité majeur est donc devenue essentielle pour la table des préfets à l’image de celle annoncée pour le tronçon Labelle-Mont-Laurier.  Tous les scénarios doivent être mis sur la table. 

Les préfets rappellent que les chiffres démontrent clairement que la 117 actuelle ne répond plus adéquatement à la demande. Entre Malartic et Val-d’or, par exemple, c’est plus de 12 000 véhicules par jours qui circulent, des chiffres comparables à ceux de l’autoroute des Laurentides.