Lundi, 27 mai 2024

«Pas le temps de se relâcher» dit la Santé publique régionale

Dernière mise à jour: • Publié:
Mathieu Proulx
Mathieu Proulx
MédiAT
Partager cet article

«Le délai d’attente des résultats des tests de dépistage diminuent, les personnes rétablies augmentent et on déclare peu de nouveaux cas, a affirmé la Dre à la Santé publique régionale, Omobola Sobanjo. En effet, on ne dénombre que trois cas supplémentaires dans la région en date du 7 avril.

La Dre Sobanjo invite la population à maintenir les mesures d’hygiène et de distanciation sociale. Pour elle, il n’est absolument pas temps de baisser la garde. «Les prochaines semaines seront cruciales », a-t-elle ajouté.

  • Nombre de cas en A-T : 111 (+3)
  • Nombre de cas hospitalisés : 4
  • Nombre de cas dans la MRC de Rouyn-Noranda : Plus de 90 cas
  • Nombre de cas MRC Témiscamingue : 11
  • Nombre de cas MRC Abitibi : Moins de cinq
  • Nombre de cas Vallée-de-l’Or : Moins de cinq
  • Abitibi-Ouest : Moins de cinq
  • Nombre personnel de la santé : 6
  • Décès : 2
  • Cas rétablis : 41 
  • Nombre de tests : 1067
  • Nombre tests négatifs : 867
  • Nombre de tests en attente : 85

Nouveaux critères de dépistage

Questionnée sur le nombre de dépistages effectués, Mme Sobanjo a expliqué qu’en raison de la transmission communautaire confirmée dans la province les critères de dépistage ont été revus. «Les personnes sont maintenant ciblées en fonction de leur degré de vulnérabilité comme les personnes âgées, a-t-elle expliqué. Nous n’aurions pas pu tester toutes les personnes qui ont des symptômes. » Malgré tout, elle assure que plus de tests sont effectués. «Juste hier, mardi, 58 tests ont été faits, a-t-elle illustré. Dans la MRC Vallée-de-l’Or, plus de 250 tests ont été faits malgré qu’il y ait moins de cinq cas au total confirmés. »

Quant aux scénarios présentés hier par le ministère de la Santé, Mme Sobanjo demeure prudente. Les données sont puisées au niveau international et sont basées sur les mesures prises provincialement. «On ne peut pas savoir pour le moment notre « peak » en région, ni le nombre de cas estimés, » a-t-elle mentionné.

L’hôpital de Rouyn-Noranda est sécuritaire 

La présidente-directrice générale du CISSS en Abitibi-Témiscamingue, Caroline Roy, a tenu à rassurer les gens au sujet de la désignation de l’Hôpital de Rouyn-Noranda comme centre désigné. «Il s’agit d’une zone bien isolée de l’hôpital pour accueillir nos patients qui, jusqu’à tout récemment, devaient aller à Montréal pour des traitements. Ils sont accueillis pour recevoir une opération ou encore pour être hébergés aux soins intensifs. Il s’agit d’un environnement bien cloisonné et sécuritaire pour eux, nos employés et l’ensemble des patients.»