Lundi, 27 mai 2024

Un rappel de l’importance d’acheter ICI, chez-vous !

Dernière mise à jour: • Publié:
Mathieu Proulx
Mathieu Proulx
MédiAT
Partager cet article

Le comité des commerçants d’Amos et la Chambre de commerce et d’industrie du centre-abitibi lancent la campagne Ici, pour vous! On souhaite ainsi apporter du support aux entreprises dans le contexte de la Covid-19, mais également promouvoir l’importance de l’achat local auprès des citoyens.

Avec le mouvement Ici, pour vous!, on souhaite démontrer la volonté des entrepreneurs locaux à servir les gens de la communauté. La campagne est déclinée avec des verbes d’action : ICI, pour vous équiper, ICI, pour vous dépanner, ICI pour vous conseiller…

« Nous souhaitons donner un tremplin à nos commerçants et entreprises, créer une mobilisation, une fierté à travailler ensemble au maintien de l’activité économique de notre région, a déclaré le porte-parole du comité des commerçants, François Munger. Ensemble les citoyens d’Amos pourront porter le changement et assurer la pérennité des entreprises d’ici.» 

Des ambassadeurs ont été retenus pour humaniser la campagne. Il s’agit du pharmacien, Christian Viens, des propriétaires des dépanneurs de l’est et Ultramar, Karine Pomerleau et Karl Lundeborg, de la famille Cardinal du restaurant Beau Coq, Raymond  Sylvie, Claudia et Charles David, de Pierre-Luc Levasseur-Labrecque du Centre de camping et propane d’Amos, Caroline Bérubé de La Gourmandine ainsi qu’Annie et Francine Bergeron de Bergeron et filles. 

La campagne publicitaire est lancée dès aujourd’hui sur le web, dans les journaux, à la radio ainsi qu’à la télévision. D’autres idées pourraient voir le jour pour relancer l’intérêt de l’achat local et proposer des activités aux citoyens. L’objectif demeurera de sensibiliser la population à consommer ICI et d’inciter les entrepreneurs à innover

«Nous devons soutenir les entrepreneurs qui ont investi ici, à pour sa part mentionné la présidente de la Chambre de commerce, Mariane Michaud. Les consommateurs doivent développer le réflexe de se demander d’abord s’il est possible de se procurer quelque chose ici. Et si ce n’est pas le cas, nous devrions aider nos commerces à déployer des alternatives innovantes pour combler les besoins de leur clientèle. Je suis d’ailleurs impressionnée par la créativité de certains entrepreneurs pour traverser cette crise.»