Mercredi, 29 mai 2024

Le temps des fêtes chamboulé par la pandémie

Dernière mise à jour: • Publié:
Lydia Blouin
Lydia Blouin
MédiAT
Partager cet article

Les fêtes de fin d’années seront à nouveau restreintes par des mesures sanitaires après que la variant Omicron ait poussé le gouvernement à réagir.

Selon le Premier Ministre François Legault, environ 3700 nouveaux cas ont été détectés en date de jeudi. Parmi le total de personnes infectées au Québec, 20% seraient atteintes du variant Omicron.

En Abitibi-Témiscamingue, ce sont 51 cas actifs en date d’hier qui ont été enregistrés, dont 10 nouveaux cas. 3 personnes sont hospitalisées et une se trouve aux soins intensifs. Un décès a également été rapporté.

Pour limiter les risques de délestage dans les hôpitaux, le gouvernement affirme qu’il faut réduire ses contacts de 50%. Pour cette raison, dès lundi prochain :

  • Les commerces, les restaurants, les bars, les églises ainsi que les lieux de cultes ne pourront accueillir qu’à 50% de leur capacité habituelle.
  • Dans ces lieux, un maximum de 250 personnes sera permis et le passeport sanitaire sera requis.
  • Les fêtes de bureaux, les karaokés et la danse seront interdits.
  • Les sports intérieurs et extérieurs demeureront permis.
  • Les tournois seront annulés.
  • Les tests rapides seront disponibles en pharmacie : chaque personne pourra en prendre 5 par mois.
  • Les écoles resteront ouvertes.

Le retour se fera à la date prévue pour les écoles primaires. Les écoles Secondaires ainsi que les Cégeps et Universités recommenceront le 10 janvier en présentiel, mais pourront débuter plus tôt à distance.

Quant à la capacité dans les maisons, elle sera réduite à 10 personnes par habitation. Le gouvernement invite la population à limiter le nombre de rassemblements, à faire attention aux personnes plus fragiles et à bien aérer les lieux.

La troisième dose du vaccin est priorisée afin d’endiguer la pandémie. L’intervalle minimal entre les doses passe de 6 mois à 3 mois.

Le confinement et le couvre-feu ne sont cependant pas requis jusqu’à nouvel ordre. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, précise tout de même que les décisions sont prises au jour le jour et peuvent changer selon la propagation de la maladie.

Le Premier Ministre ajoute que de l’aide financière sera octroyée aux commerces et aux personnes atteints par ces mesures.