Samedi, 25 mai 2024

Relance de l’usine de papier d’Amos : où en est le dossier?

Dernière mise à jour: • Publié:
Lydia Blouin
Lydia Blouin
MédiAT
Partager cet article

Plus d’un an après sa formation, le comité de relance de l’usine de papier d’Amos, qui a fermé ses portes au printemps 2020, fait le point sur ses travaux.

En effet, l’industrie du papier avait déjà perdu de sa vigueur quelques années avant la pandémie de la COVID-19. Avec une diminution de la demande de 40% au début de la crise sanitaire, l’entreprise Produits forestiers Résolu n’a pas eu d’autres choix que de fermer l’usine.

Or, l’industrie du papier est nécessaire à la vitalité de la région selon Robert Cloutier, vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi :

« Nous sommes préoccupés par les retombées économiques négatives dues à la fermeture de cette entreprise. Les copeaux de bois qu’elle utilisait et les produits en région en ressortent maintenant sans transformation vers Gatineau. Des fournisseurs locaux en subissent les conséquences puisqu’ils ont perdu des contrats importants.  »

Afin de trouver des solutions viables pour relancer l’infrastructure, la Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi a initié en 2020 la création d’un comité de relance. Composé de la partie patronale et syndicale de l’entreprise Résolu en plus d’impliquer des élus, des organismes de développement socio-économique et des chercheurs, l’objectif était de soulever les possibilités d’utiliser les copeaux de bois, soit la matière première, et de conserver les équipements et bâtiments déjà en place. Le cabinet d’experts-conseils Envertis Consulting inc. a aussi été engagé en 2021 afin de soutenir le comité dans son processus et de proposer des alternatives de redémarrage. Selon Éric Laliberté, directeur général de la SADC Harricana et membre-coordonnateur du comité de relance, les attentes étaient bien définies : l’impression de papier journal, notamment, n’était pas parmi les options envisagées.

Ainsi, le cabinet a déposé le 2 novembre dernier le rapport de propositions préliminaires au groupe de travail restreint, qui a été soumis le 22 novembre aux dirigeants de l’entreprise. Produits forestiers Résolu doit réfléchir aux différents scénarios proposés, qui impliquent la diversification de la gamme de produits offerts, en plus de consulter ses experts sur la question. Les dirigeants devraient rendre leur décision d’ici la fin de l’année, ce qui permettra au comité de déterminer les actions à mettre en place. Entre-temps, il pourra se concentrer sur la consultation d’intervenants et la finalisation de quelques démarches.

Les membres du comité sont très satisfaits des propositions qui ont été faites. Le maire d’Amos et préfet de la MRC d’Abitibi, monsieur Sébastien D’Astous, se dit enthousiaste quant à l’avenir de l’usine :

« Les dirigeants de Produits forestiers Résolu ont été attentifs et curieux face à nos différentes propositions. Le travail du comité de relance et de la firme d’experts-conseils s’appuie sur une analyse factuelle et nos scénarios sont crédibles. […] Je suis confiant en l’avenir de cette usine et sensible à l’attachement qu’éprouvent de nombreux employés. »

Madame Suzanne Blais, députée de la circonscription d’Abitibi-Ouest, partage également cette vision :

« Je tiens à saluer l’esprit d’initiative et la mobilisation régionale. […] De voir que le milieu se concerte afin de trouver une voie de passage et propose des pistes de solutions concrètes me rend très fière. Autant pour les travailleurs de l’usine que pour toute la communauté locale, je souhaite que les solutions proposées puissent rapidement mener au redémarrage des installations. »