Lundi, 20 mai 2024

970 000 $ pour l’embauche d’agents de liaison au développement de la main-d’œuvre en milieu autochtone

Dernière mise à jour: • Publié:
Francois Munger
Francois Munger
MédiAT
Partager cet article

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet était de passage ce matin dans la communauté de Pikogan pour procéder à l’annonce de l’attribution d’une aide financière de 970 200 $ sur deux ans à la Commission de développement des ressources humaines des Premières Nations du Québec (CDRHPNQ).

Celle-ci permettra entre autres l’embauche et la supervision de quatre agentes et agents de liaison au développement de la main-d’œuvre dans les communautés algonquines de Kitcisakik, Lac Simon, Pikogan, Longue-Pointe et Wolfe Lake.

« Dans le contexte où la pénurie de main-d’œuvre se fait sentir partout au Québec, il est nécessaire de favoriser l’employabilité des toutes les personnes. Dans le respect des communautés, les agentes et agents de liaison embauchés dans le cadre de ce projet feront le pont entre la main-d’œuvre disponible des Premières Nations et les entreprises. Ils accompagneront les personnes dans leur démarche d’intégration professionnelle, contribuant ainsi à l’essor économique des communautés, de la région et du Québec. » mentionne Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la région de la Mauricie

Les agents auront comme mission de définir les besoins des différentes communautés au niveau du développement de la main d’œuvre et d’apporter un soutien aux initiatives en place.

Les agentes et agents de liaison auront pour mission de définir les besoins des communautés en matière de développement de la main-d’œuvre et de soutenir les initiatives mises en place, de Ils feront également la promotion de la main-d’œuvre des Premières Nations tout en sensibilisant les employeurs à leur culture et à leurs réalités.

« Notre région gagne à ce que toutes les personnes qui souhaitent intégrer le marché du travail disposent d’un soutien professionnel pour le faire. La présence des nouveaux agents de liaison permettra de créer un maillage entre les travailleuses et travailleurs autochtones et les entreprises de l’Abitibi-Témiscamingue. » ajoute Suzanne Blais, députée d’Abitibi-Ouest