Mercredi, 29 mai 2024

Lucille Larouche nous a quittés

Dernière mise à jour: • Publié:
Guylaine Beauchemin
Guylaine Beauchemin
MédiAT
Partager cet article

Lucille Larouche, une légende amossoise, nous a quittés

C’est avec un grand regret que les citoyennes et citoyens de la région d’Amos et de la MRC d’Abitibi ont appris la triste nouvelle cette semaine. Madame Lucille Larouche, une légende pour les gens de la région, s’est éteinte à l’âge de 83 ans.  Elle était hospitalisée depuis le 28 octobre dernier à la suite de cinq AVC.

Elle a été accompagnée par ses proches dans cette difficile épreuve. Comme sa fille Liane le témoigne:

« C’est sans surprise qu’elle est demeurée courageuse jusqu’à la fin. »

Madame Larouche étaient appréciée par la grande communauté d’Amos. Une femme de passion, elle est restée active jusqu’à la fin, car rien ne pouvait l’arrêter mis à part les problèmes de santé.

L’équipe de TVC Abitibi souhaite à toute la famille ses sincères condoléances.

Lucille Larouche, une grande dame respectée dans la communauté

La vie de madame Larouche a été bien remplie. Dès la vingtaine, les gens l’ont connue comme la Reine d’Amos à l’époque du début des années 60.

Une femme curieuse et passionnée de différentes choses comme les fleurs par exemple, elle vivait sa vie pleinement. D’abord, retournons dans le temps. Elle a travaillé aux archives de l’hôpital d’Amos en tant qu’adolescente pendant quelques années.

Ensuite, elle a continué son expérience à Terres et Forêts. Sauf qu’elle avait besoin de plus de flexibilité avec son temps. Elle décide donc de travailler avec ses frères et de contribuer à leur commerce.

Elle débute alors sa nouvelle carrière de photographe avec son frère Rodrigue.

Qui est cette femme légendaire?

Femme non conventionnelle et au devant de son époque, elle chérissait plusieurs passions. Saviez-vous qu’elle excellait à l’activité du tir de pigeon d’argile? Elle était une tireuse de gros calibre; non pas pour aller à la chasse, car elle n’aimait pas ce genre de loisir. Plus jeune, un autre de ces loisirs était le stock car.

Cette dame avait un esprit aventurier qui la rendait différente de beaucoup de monde.

Esthéticienne depuis 1967, elle y a fondé son entreprise, Lucille Larouche Esthéticienne. En 1994, elle changera la raison sociale pour Institut de Beauté Lucille. Elle adorait sa profession, car se sentir utile à aider les autres était son plus grand bonheur.

Elle a soigné plusieurs jeunes qui n’avaient pas les moyens de payer les services. Elle le faisait à peu de frais ou même sans être payée. Les gens en détresse psychologique pouvaient même l’appeler à toute heure. Selon les propos de Liane, sa fille, une cliente de sa mère lui a révélé:

« Je voulais mourir et ta mère m’a sauvée. »

Pour madame Larouche, il n’y avait aucun mérite d’avoir été la Reine d’Amos ou d’exceller dans différents domaines. La façon de vivre de Lucille Larouche était de donner au suivant.

Un jour, elle a dit à sa fille Liane:

« Liane, la beauté est seulement qu’une couche de peau mince. Il faut aller beaucoup plus en profondeur pour voir la beauté d’une personne. »

Un autre aspect que Liane a mentionné est que sa mère avait une énergie incroyable. Elle l’a décrit comme étant une machine.

Lucille lui a témoigné son seul regret :

« Je n’ai pas tout fait ce que je voulais faire dans la vie. »

Un dernier point, cette femme se donnait corps et âme pour les causes qui la touchaient profondément. Entre autres, elle a oeuvré auprès des personnes à mobilité réduite. Elle s’est occupée de changer les choses dans la ville d’Amos pour que ceux-ci puissent accéder aux commerces plus facilement.

Aujourd’hui, sa famille réalise que Lucille Larouche était aimée et respectée de toutes et tous; jeunes et moins jeunes inclus.

Pour terminer, cette femme authentique au bon coeur nous a quittés pour un autre monde rempli de nouvelles expériences à vivre.

Bon grand voyage à cette grande dame de coeur.