Mercredi, 29 mai 2024

Manque alarmant de brigadiers scolaires à Rouyn-Noranda

Dernière mise à jour: • Publié:
Lydia Blouin
Lydia Blouin
MédiAT
Partager cet article

La Ville de Rouyn-Noranda sonne l’alarme pour la rentrée 2022-2023. En effet, il manque 4 brigadiers scolaires sur les 10 traverses desservies par la Ville.

Le directeur de la sécurité publique de la Ville de Rouyn-Noranda, M. Luc Tremblay, confie :

« Depuis cette semaine, on a intensifié avec des messages un petit peu plus criants parce qu’on ne veut pas sonner la cloche au début de l’école : nous, on veut donner l’alarme parce qu’il nous manque [des brigadiers] à quatre endroits. »

Les écoles suivantes sont touchées par la pénurie de brigadiers : Sacré-Coeur à la traverse du boulevard Saguenay et la rue George, Le Prélude au niveau des rues Côté et Laliberté, Granada directement sur l’avenue Granada et Notre-Dame-de-Protection au coin de la Murdoch et de la 5e rue.

Après être passée par le processus de recrutement normal, la sécurité publique de la Ville est confrontée à la pénurie de main-d’œuvre qui touche la province. Bien que des communiqués pour les postes aient été affichés sur les médias sociaux, sur le site de la Ville et au niveau du Centre de Services Scolaires de Rouyn-Noranda, le risque de bris de service est réel.

M. Tremblay assure que les horaires sont flexibles :

« On intensifie un petit peu avec des messages pour essayer de recruter pour que le message se rende jusqu’aux parents, aux grand-parents qui seraient disponibles même de façon temporaire, à temps partiel, deux jours par semaine : peu importe l’horaire, on est très flexible. C’est le message qu’on veut faire passer pour essayer de recruter du monde qui pourraient avoir un horaire adapté selon leurs conditions pour faire les traverses scolaires. »

Les brigadiers doivent assurer quatre traverses de 15 à 20 minutes par jour, à un taux horaire de 14,75$ par traverse, ce qui équivaut à 59$ par jour.

Mr Tremblay ajoute que demander à des élèves de cinquième ou sixième années de s’occuper des traverses n’est pas une option envisagée, car ces dernières sont assez passantes et parfois loin de l’école. Un tel projet pourrait cependant être envisagé dans les années à venir.