Mercredi, 29 mai 2024

Sébastien D’Astous nommé président de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue

Dernière mise à jour: • Publié:
Francois Munger
Francois Munger
MédiAT
Partager cet article

Le maire d’Amos et préfet de la MRC d’Abitibi, Sébastien D’Astous succède à Martin Ferron au poste de président de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue (CPAT). Une nomination qui devenait effective le 1er janvier 2022, pour un mandat de deux ans. La présidence de la CPAT est assurée en rotation des cinq territoires de MRC selon un ordre établi.

« C’est avec humilité que j’accepte cette grande responsabilité et ce mandat qui touche directement le développement de la MRC d’Abitibi, mais aussi celui des quatre autres territoires de MRC. J’en profite pour souligner le travail de mon prédécesseur, M. Ferron, qui a dû composer avec la pandémie tout au long de son mandat à la présidence de la CPAT. Martin a su porter la voix de la région avec passion et émotion dans plusieurs dossiers prioritaires et c’est tout à son honneur ! » a dit M. D’Astous.

Le poste de vice-président a pour sa part été attribué à  Jaclin Bégin, préfet de la MRC d’Abitibi-Ouest.

Dans les dernières années, la CPAT s’est impliquée pour faire avancer des dossiers tel que l’accès à internet haute vitesse, le bureau de projet pour la route 117, la pénurie de main d’œuvre et bien d’autres.

« Nous tenterons de répondre aux priorités régionales avec les outils à notre disposition à titre de gouvernements de proximité sans toutefois nous substituer aux gouvernements provincial et fédéral qui devront prendre leurs responsabilités à l’égard des régions. Nous travaillerons en continu avec nos partenaires régionaux afin de développer des projets et de trouver des pistes de solution qui conviendront à long terme. Il est certain que, sur le plan politique, la centralisation de plusieurs postes décisionnels au sein des directions régionales des ministères, les redevances au niveau des ressources naturelles, le délestage de certains services dans notre réseau de santé et le transport collectif demeurent des enjeux qui seront au cœur des discussions à la CPAT. » a terminé M. D’Astous.