Mardi, 21 mai 2024

« Licher les batteurs et manger 8 toasts au beurre », Staifany Gonthier se souvient

Publié:
Joanie Duval
Joanie Duval
Journaliste
Partager cet article

Les 11 tableaux de l'exposition « Licher les batteurs et manger 8 toasts au beurre » ont quitté l'atelier de l'artiste rouynorandienne Staifany Gonthier pour occuper la galerie à l'étage de la Fontaine des arts. Il est possible de profiter gratuitement de son art abstrait éclaté jusqu'à dimanche. Une belle activité à faire en famille ce week-end.

Près de chaque tableau, une affiche explique le souvenir auquel il se rattache. De toasts au beurre servies par sa grand-mère, en passant par l'inondation du carré de sable par l'eau de la piscine qui se vide, jusqu'au souvenir farfelu de poissons propriétaires d'un immeuble, 11 souvenirs en couleurs et en mots. Par exemple, une vieille carte de souhait qui se traduit dans une teinte d'aqua.

« C'est rattaché à des souvenirs d'enfance que j'ai. Je fais de l'art abstrait et des fois en art abstrait, on produit le tableau puis à un moment donné on est bloqué, on sait plus quoi faire, puis là c'est quoi qu'il faut aller rajouter, une couleur, une forme, un coulis de peinture qui va faire que je vais débloquer et que je vais partir sur d'autre chose. À ce moment-là, je provoquais un peu cet espèce de débloquage-là, en allant fouiller dans mes souvenirs d'enfance », explique Staifany.

« C'était un peu une façon pour moi de donner une deuxième vie à des souvenirs parce que en classant des trucs je trouvais des lettres écrites par des amis du secondaire puis là je me disais je peux pas jeter ça, même chose pour les trucs de mes enfants. D'arriver et de leur donner une deuxième visibilité dans mes oeuvres, bien là je me disais au pire si je m'en débarrasse, au mieux il vit dans un tableau maintenant. »

Il en résulte une première exposition peu banale, colorée, qui fait vivre 11 souvenirs marquants de l'artiste.

Murmures identitaires

Staifany Gonthier n'a pas chômé cet été. En plus de préparer son exposition, elle a aussi mis en oeuvre le projet « Murmures identitaires » qui s'inspire du phénomène de murmuration chez les oiseaux.

Tout l'été, elle est allé à la rencontre des gens de Rouyn-Noranda avec la question: « Pour vous c'est quoi la culture? ». Une grande toile était mise à la disposition de tous au marché public pour que chacun y ajoute leur touche. Une centaine de personnes ont répondu à l'appel.

L'oeuvre finale sera dévoilée au Gala des prix Régal le 30 novembre prochain.