Mardi, 18 juin 2024

La ville d'Amos en plein essor

Publié:
Guylaine Beauchemin
Guylaine Beauchemin
MédiAT
Partager cet article

La ville d’Amos en plein essor, le maire Sébastien D'Astous affirme que les prochaines années seront à la consolidation, à la relance du Centre-ville, au développement de logements et faire les canalisations. 

C’est le 1er février que le maire d’Amos Sébastien D'Astous affirmait que « La crise du logement, on entend parler à l’échelle du Québec, mais nous, on la vit depuis 20 ans, depuis presque même 25 ans. ».

« Alors, la crise du logement à être à moins de 1% de taux d’inoccupation c’est une catastrophe parce que ça nous empêche de nous développer. Et souvent les programmes gouvernementaux pour nous aider à faire du logement, du logement social, comme les anciens HLM, qui n’existe plus d’ailleurs, ce sont des programmes qui sont complexes à appliquer et qui sont difficiles à financer parce que les coûts sont plus élevés chez nous que dans le sud de la province. », explique le maire d’Amos Sébastien D’Astous.

Selon le maire, il manque actuellement 600 unités de logements.

Malgré cette crise du logement, le maire reste confiant par les projets qui sont sur la table visant une augmentation de 5000 habitants supplémentaires pour 2030 passant la ville à 18 500 résidants. 

Projets immobiliers

Le secteur du domaine Bellevue propose 425 terrains possibles à construire. La Ville démontre aux promoteurs immobiliers son ouverture à l’égard de la construction.

Dans le développement d’Amos-Est, 58 terrains sont disponibles à la construction et dans le secteur d’IGA-Ouest, il y aurait une possibilité de construire des unités de 24 à 32 logements.

Pour ce qui est du parc industriel, 7 terrains sont existants pour les entreprises.

Vision

Sa vision est de faire construire des résidences de 32 logements, ainsi que des logements abordables. Il aimerait également faire un deuxième Centurion.

Le maire Sébastien D’Astous aimerait bien faire partie de la 3e cohorte pour attirer d’autres personnes issues de l’immigration, car selon les projections, Amos manquera d’infirmiers et d’infirmières plus que tous les autres territoires.