Dimanche, 26 mai 2024

Fin des Espaces bleus: La CCIAH est déçue mais n'abandonne pas

Publié:
Joanie Duval
Joanie Duval
Journaliste
Maquette du Vieux-Palais d'Amos transformé en Espace bleu. Photo: Ville d'Amos.
Partager cet article

Bien que Québec ait archivé le projet Espaces bleus, la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Amos-Harricana (CCIAH) ne baisse pas les bras quant à la revalorisation du Vieux-Palais d’Amos.

Confirmé par Le Soleil ce matin, le gouvernement caquiste a effectivement reculé et officiellement mis fin au développement des 18 Espaces bleus qui se dessinaient depuis 2021. La création de ce réseau muséal dans des lieux patrimoniaux se serait avérée trop coûteuse.

La CCIAH est grandement déçue de la décision de Québec, mais elle a assuré la population, dans une publication sur Facebook et son site web, que le projet ne sera pas relégué aux oubliettes, même s’il ne portera pas le nom d’Espace bleu de l’Abitibi-Témiscamingue.

« Depuis deux ans, notre communauté, particulièrement le milieu de la culture, était mobilisée et avait placé de grandes espérances dans ce projet. Bien que ces attentes n'aient pas été satisfaites, nous restons convaincus que les objectifs initiaux peuvent être atteints dans le cadre d'une approche plus locale et participative. »

Une réflexion sera donc nécessaire pour remettre en marche la transformation du Vieux-Palais en haut lieu culturel témiscabitibien. L’Espace bleu qui devait être livré à l’été 2025, représentait un investissement de 26,1 M$.

« Si le projet s’était éteint, l’échec le plus retentissant serait de laisser tomber ces artistes et travailleurs culturels, souvent bénévoles. Ce ne serait que de contribuer à hausser le cynisme et une certaine démobilisation », a souligné le président de la CCIAH, Claude Balleux, qui affirme que le développement du milieu culturel et touristique joue un rôle crucial dans notre économie locale. 

« Amos, avec son riche patrimoine historique, était une destination idéale pour accueillir une infrastructure telle que les espaces bleus, mettant en valeur des trésors architecturaux comme le Vieux-Palais, emblème du style Beaux-Arts. Le potentiel de développement économique lié à la mise en valeur de notre patrimoine culturel et touristique est incontestable. Nous avons le devoir de sauvegarder le Vieux-Palais et maximisées les retombées économiques locales liées au travail des organismes et aux citoyens qui en profiteront », a-t-il ajouté.