Samedi, 13 avril 2024

Un grand deuil pour la communauté lasarroise

Publié:
Joanie Duval
Joanie Duval
Journaliste
Isabelle D'Amours. Photo: Courtoisie de la Ville de La Sarre.
Partager cet article

La communauté lasarroise a perdu une grande dame vendredi dernier. Isabelle D’Amours, directrice générale de la Ville de La Sarre, s’est éteinte à la suite de son combat contre le cancer.

« Nous tenons à exprimer tout notre soutien aux proches d’Isabelle. Ses réalisations et sa contribution resteront gravées dans l'histoire de notre ville, et elle manquera énormément à tous ceux qui ont eu le plaisir de travailler avec elle », a déclaré Yves Dubé, maire de La Sarre.

Isabelle D’Amours était une femme impliquée dans sa communauté qui a grandement contribué au développement de La Sarre au fil de sa carrière de plus de 20 ans au service de la municipalité.

« Mme D’Amours est reconnue par sa générosité pour avoir toujours tendu la main à ses collègues et partenaires afin que tous travaillent ensemble. Elle a toujours misé sur l’intelligence collective. Elle a fait son entrée à la Ville de La Sarre au développement économique. Elle a occupé cette fonction pendant près de la moitié de sa carrière à la Ville. Les mots projet et développement ont toujours fait partie de ses motivations. Avec une carrière s'étendant sur plus de 20 ans au service de la Ville de La Sarre, nous saluons son engagement constant, son leadership inspirant et sa loyauté envers les citoyens de notre ville. Sa vision innovante a joué un rôle crucial dans la réalisation de nombreux projets et initiatives qui ont façonné positivement la vie des citoyens. Pensons au sentier multifonctionnel, au Salon des générations, à la rénovation de l’Hôtel de Ville, à son appui au Paradis du Nord, au récent regroupement du service de sécurité incendie et sécurité civile, à sa vision long terme du développement résidentiel, commercial et industriel, etc. Sa passion pour l'amélioration de notre communauté a été une source d'inspiration pour tous ceux qui ont eu le privilège de travailler à ses côtés. Malgré les défis rencontrés en raison de sa maladie, Isabelle D'Amours a toujours fait preuve d'une force de caractère remarquable et a continué à servir la population avec dévouement et détermination. Son professionnalisme et son intégrité ont été des exemples pour tous, et elle laisse derrière elle un héritage durable qui continuera à enrichir notre ville pendant de nombreuses années à venir », a rendu hommage la Ville de La Sarre dans un communiqué. 

Yves Dubé tient à rassurer la population : « L’intérim est assuré par Madame Jennifer Melançon qui est directrice générale adjointe depuis plus d’un an et je suis confiant que la structure en place assurera la continuité des services aux citoyens. C’est un moment difficile à traverser pour l’équipe. Nos employés sont soudés et mobilisés et tout le soutien nécessaire leur est offert. » 

Une mère, une fille et un chien

Isabelle D’Amours n’a jamais été du genre à baisser les bras, même après avoir appris que le cancer allait écourter sa vie.

En juin 2022, deux ans après le terrible diagnostic, elle a lancé la page Facebook « Une mère, une fille et un chien » où Isabelle et sa fille Noémie ont partagé leurs aventures en compagnie de leur chien Boréal.

« La relation que nous entretenons avec la vie est très différente pour nous depuis le fameux 22 août 2020, jour où on m’a annoncée, moi la mère, que j’avais une date de préemption. Quelques semaines plus tard entrait dans notre vie, notre beau Boréal, membre à part entière de la famille. Pour les cinq prochains mois, nous vous entretiendrons sur notre défi « Au bout des dunes », voyage caritatif dans le désert du Maroc afin d’amasser des fonds pour la Fondation québécoise du cancer, en octobre prochain. 120 km de marche en 10 jours », avait écrit Isabelle D’Amours dans la publication d’introduction de la page.

La maladie ne l’a pas empêché d’aller jusqu’au bout de cette marche dans le désert, démontrant sa force de caractère inébranlable.

« Pour la marche comme pour le cancer, elle aurait pu décider que c’était trop difficile pour elle et arrêter, mais à chaque jour, elle décide de persévérer et de continuer. J’ai appris que quand c’est difficile, on continue et on finit par y arriver. On n’abandonne pas au moindre obstacle. C’est une grande leçon pour moi qui avait une petite tendance à vouloir abandonner quand ça devenait difficile. Quand je la voyais marcher et parler (parce qu’elle a parlé tout le temps de la marche et oui même si je lui avais dit de faire le moine pour garder ses énergies) je me disais si ma mère est capable de continuer, moi aussi. Même chose pour les gens de notre voyage : on a pu voir la résilience de tout le monde, c’était très inspirant », a témoigné sa fille après le voyage.