COVID-19 : Des constats d’infraction et le port du masque dans les manifestations

image : MédiAT
Francois Munger
Suivez-moi

En point de presse en fin d’après-midi, le premier ministre François Legault et la vice-première ministre Geneviève Guilbault ont annoncé que des actions seraient posées pour faire respecter les consignes sanitaires.

D’entrée de jeu, monsieur Legault a comparé le non-respect des consignes à bruler un feu rouge à une intersection, affirmant que des constats d’infractions seront émis, au même titre qu’une infraction au code de la route. Les infractions seront pénalisées, peu importe la couleur de la zone dans laquelle se trouve la région.

Face au refus de collaborer de certains, dans les rassemblements privés, le premier ministre a annoncé que les corps policiers n’hésiteront pas à obtenir des télé-mandats, le soir même, pour être en mesure d’aller vérifier des situations et remettre des constats. François Legault affirme cependant que les policiers ne cogneront pas de porte en porte, mais interviendront seulement lorsqu’il y a des motifs de croire que la loi n’est pas respectée.Des constats portatifs seront également remis aux corps policiers pour leur permettre d’émettre des amendes sur le champ.

En ce qui concerne les manifestations, le gouvernement a décidé de durcir le ton. À compter de minuit, le port du masque est obligatoire dans les manifestations,  les manifestants qui refusent de s’y conformer s’exposent à une amende de 1000$. Questionné sur l’application de cette mesure, François Legault a avoué que ce ne serait pas nécessairement facile à appliquer par les policiers.