La bannière St-Hubert s’installe à Amos

20201217 105133
Capture tirée des plans de rénovation

Après plus de 22 mois de travail en coulisses, un vent de changement s’annonce pour le Resto Bar le Chat-O qui deviendra d’ici le printemps une franchise de la chaîne bien connue St-Hubert. Deux millions de dollars d’investissements seront injectés dans le projet pour amener l’établissement parmi les plus modernes de la franchise.

« Investir en restauration dans une période comme aujourd’hui est audacieux, mais on a décidé de battre le fer pendant qu’il est chaud et d’aller de l’avant, malgré la COVID. Cela fait au moins 20 ans qu’on entend parler de l’idée d’un St-Hubert à Amos, bien maintenant c’est chose faite. On a choisi St-Hubert parce que selon-nous c’est l’entreprise de restauration qui s’est démarquée le plus et a le plus innové avec les années.  » mentionne Jason Bourque, directeur général adjoint du Chat-O

Les rénovations débuteront dès le mois de janvier pour changer complètement le look intérieur de l’établissement qui possèdera, une fois rénové 204 places assises. Un concept à aire ouverte, unique parmi la bannière permettra de conserver la vue sur l’immense écran géant, autant au volet resto que bar du St-Hubert. Face à de nombreux questionnements des clients, les responsables ont assurés qu’il sera possible de continuer de servir des déjeuners et de présenter des événements, autant sportifs que musicaux. L’espace sera beaucoup plus compartimenté alors que de nombreuses banquettes s’ajouteront au décor.

Le fameux cellier du Chat-O sera revampé, au goût du jour. Il présentera toujours une offre assez large pour les clients, les responsables aimeraient également offrir des bières de microbrasseries régionales dans leur menu, alors que la bannière le permet. Une ardoise permet également aux franchisés de choisir parmi 125 plats, qui ne sont pas sur le menu régulier de la chaîne, pour une offre diversifiée.

Plus de personnel 

L’arrivée de la bannière impose de nouveaux standards à l’établissement qui devra pratiquement doubler ses effectifs en cuisine et au service. Le restaurant pourra compter sur les nombreuses années d’expérience de Pascal Bélanger, à titre de directeur général.  En plus de tout ça, un comptoir pour apporter et les traditionnels véhicules jaunes de livraison à domicile viendront s’ajouter à l’offre. Le personnel recevra également les formations sur les différents paramètres de la franchise.

Les salles de réception demeurent indépendantes

S’il sera possible de choisir le menu de St-Hubert pour les réceptions dans les salles de l’Hôtel des Eskers, la cuisine indépendante permettra toujours de réaliser des banquets et des mariages comme c’était déjà le cas, avec des menus bien différents de ceux de la franchise.

Profiter une dernière fois du Chat-O

Amorcer un virage comme celui-là nécessitera quelques mois de modernisation et de formation. C’est pourquoi les clients pourront aller profiter une dernière fois de l’institution amossoise le Chat-O avant le 24 décembre, date où le restaurant fermera ses portes au public. De son côté, l’Hôtel des Eskers continuera d’accueillir les clients pendant les rénovations.