La résonance magnétique sera prête d’ici la fin de l’été

Les partenaires se sont réunis pour célébrer l'avancement des travaux d'installation de l'IRM fixe à Amos. Photo : Courtoisie

Dernière mise à jour

Les travaux d’agrandissement de l’hôpital d’Amos avance si bien que l’appareil d’imagerie médical fixe devrait être en mis en service d’ici la fin de l’été 2020 selon la Fondation hospitalière d’Amos.

Plusieurs responsables du dossier se sont rassemblés il y a quelques semaines pour une prise de photo officielle afin de souligner l’avancement des travaux. Il faut dire que la Fondation hospitalière a travaillé très fort depuis 2008 pour rendre ce projet concret.

La Fondation hospitalière officialise aussi sa participation à la hauteur de 400 000$ dans le projet évalué au total à 2,1M$. Le travail a permis de collecter 348 000$ de la part des donateurs en plus d’une aide de 280 000$ de la Ville d’Amos sur 10 ans pour l’installation de l’appareil fixe.

«Quel plaisir, quelle satisfaction et surtout quelle fierté de constater l’état d’avancement des travaux d’agrandissements en cours, a-t-on souligné dans un communiqué de la Fondation hospitalière.

Un dossier hautement politisé

«En prévision du remplacement de l’appareil mobile par l’actuel, le CSSS les Eskers de l’Abitibi avait entrepris les démarches en 2012 pour répondre plus adéquatement aux différents besoins de la clientèle régionale, a-t-on rappelé dans un communiqué de la Fondation hospitalière. En 2017 le dossier avait fait l’objet d’un consensus  des intervenants politiques, des professionnels de la santé et du conseil d’administration du CISSS.»

Le seul ombre au tableau était celui de l’ex-ministre, Gaétan Barrette, qui avait ignoré le consensus régional et demandé un appareil mobile. La situation s’est réglée au même moment où le gouvernement libéral est tombé au profit de celui de la CAQ. La députée d’Abitibi-Ouest, Suzanne Blais, a pu concrétiser l’un de ses engagements de campagne électorale en annonçant l’IRM fixe à Amos.

De meilleurs services

«L’appareil fixe permettra d’effectuer une gamme plus complète d’examens qu’un appareil mobile, a-t-on précisé. De plus, l’IRM fixe viendra soutenir davantage les services de spécialisations de l’hôpital d’Amos en orthopédie et traumatologie dédiés à la clientèle régionale, mais aussi du Nord-du-Québec.» La Fondation estime également que le nombre d’examens seront plus élevés et prévoit une diminution du délai permettant d’éviter les déplacements dans les grands centres pour les patients d’ici.