Les élus se mobilisent pour internet haute vitesse

Dernière mise à jour

Francois Munger
Suivez-moi
Les derniers articles par Francois Munger (tout voir)

Alors que la pandémie de la COVID-19 a forcé le télétravail pour plusieurs et démontré les lacunes des réseaux internet en région, les élus se mobilisent pour doter la région d’une meilleure couverture internet. Dans la MRC d’Abitibi, les maires ont officiellement demandé au gouvernement du Canada de reconnaître les services Internet comme étant essentiels.

« La crise de la COVID-19 a mis en lumière de façon évidente que l’ensemble des citoyens de notre MRC doit avoir accès à des services Internet de façon urgente. Le gouvernement doit impérativement déclarer l’Internet haute vitesse comme un service essentiel et affecter les ressources humaines et financières à celui-ci. Il n’y a plus que le développement de nos entreprises qui en dépend, mais aussi celui de nos travailleurs en télétravail, nos écoliers du primaire, étudiants du secondaire, cégep et université, et j’en passe. Cette lacune de service touche maintenant l’aspect social, communautaire et économique de notre milieu » a déclaré le préfet de la MRC d’Abitibi, M. Sébastien D’Astous.

La sortie survient après l’annonce du programme « Régions branchées » par le ministère de l’Économie et de l’Innovation dans lequel aucun projet n’a été retenu, tant dans la MRC d’Abitibi, que dans l’ensemble de l’Abitibi-Témiscamingue. Selon un communiqué de la MRC d’Abitibi, le chevauchement entre les projets aurait pu causer le refus des propositions sur la table.

« Les gouvernements doivent affecter toutes les ressources nécessaires pour assurer une meilleure couverture. Ils doivent également accompagner les promoteurs et les milieux pour que les projets déposés répondent aux critères des programmes et soient déployés équitablement. L’Internet est un service qui permet d’assurer la sécurité, la santé, l’éducation et le travail des gens de notre territoire, des besoins majeurs dans la pyramide de Maslow. Il y a urgence que les gouvernements mettent les ressources en place pour que notre MRC, notre communauté, ait une couverture Internet de qualité » ajoute le préfet de la MRC d’Abitibi, M. Sébastien D’Astous.

La députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et responsable solidaire en matière de développement régional, Émilise Lessard-Therrien a également réagi aux annonces faites récemment. Avec son collègue, Gabriel Nadeau-Dubois , elle propose un changement avec la mise en place d’un réseau de fibre optique public, qui serait en mesure d’assurer un accès Internet moins cher avec au moins 100 Mb/s.

« Nos régions ne pourront jamais compter sur le simple bon vouloir des géants des télécoms pour brancher nos maisons dans les rangs. Ça fait des années qu’on fait pleuvoir les millions de dollars sur eux et le service ne s’est guère amélioré. Il est temps que l’État prenne en charge la situation pour assurer une équité de connectivité sur l’ensemble de son territoire. Entendons-nous, des régions déconnectées, ça ne peut pas se développer économiquement et socialement à son plein potentiel! », s’indigne la députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue.

De son côté, la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue s’est dite déçue par les programmes qu’elle juge inadaptés à notre réalité régionale.