Les mines pourront reprendre le travail mercredi

Les mines sont désormais considérées comme un service prioritaires et pourront donc redémarrer dès le mercredi 15 avril. Photo :Archives/ MédiAT

Les mines pourront reprendre du service en Abitibi-Témiscamingue comme partout au Québec dès le mercredi 15 avril. Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a confirmé que l’exploitation minière faisait maintenant partie des activités prioritaires.

Le ministre assure que cette décision a été faite dans l’optique que des mesures sanitaires ont été prises par les entreprises minières afin d’assurer la sécurité des travailleurs et des populations environnantes.

« La santé des Québécois et Québécoises est la priorité du Gouvernement du Québec depuis le début de la crise et elle le demeure, a déclaré le ministre par voie de communiqué. L’industrie minière, fermement implantée dans les régions de la Côte-Nord, de l’Abitibi-Témiscamingue, du Nord-du-Québec et du Saguenay-Lac-Saint-Jean, s’est engagée à sécuriser les lieux de travail de façon optimale. Les mesures proposées permettront de reprendre les activités d’exploitation minières de manière progressive et encadrée, dans le respect des travailleurs, de leur santé et de leur sécurité ainsi que des communautés environnantes. »

Certaines mesures plus robustes ont été prises de concert entre le gouvernement et l’industrie pour respecter les mesures d’hygiène et de distanciation :

  • Réduire au strict minimum le navettage aérien (« fly-in fly-out ») et maximiser le recours aux travailleurs résidents;
  • Lors des opérations de navettage aérien, noliser davantage d’avions afin d’assurer la distanciation physique;
  • Offrir un service de navettes par autobus afin d’amener les travailleurs directement à la mine, et ainsi limiter les contacts avec les communautés avoisinantes;
  • Exiger le port d’équipement de protection individuel (lunettes, gants, etc.) et accentuer les mesures d’hygiène particulières (usage de gel désinfectant, etc.);
  • Allonger le cycle de travail des travailleurs pour leur permettre de rester plus longtemps sur le site minier (ex. : 28 jours, au lieu de 14 jours).

Le ministre rappelle aussi que le secteur minier sert a la chaîne d’approvisionnement de produits essentiels. Certains métaux sont utilisés pour la fabrication d’équipements médicaux par exemple.