L’Institut national des mines veut poursuivre ses innovations

L'Institut national des mines veut poursuivre ses travaux pour favoriser l'innvoation dans les mines. La mine 4.0 retient d'ailleurs beaucoup d'attention. Mine LaRonde -Archives

Dernière mise à jour

L’année 2020 marque le 10e anniversaire de l’Institut national des mines qui trace un bilan très positif des ses activités et projets des derniers mois et de ceux à venir.

L’Institut nationale des mines s’attend à une année prometteuse pour sa jeune équipe notamment dans l’objectif de conseiller le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge.

Après sa mission économique au Consumer Electronics show de Las Vegas, l’Institut a fait le plein des nouvelles plateformes éducatives, des innovations technologiques facilitant le travail de l’enseignant ainsi que des technologies favorisant l’accès à l’information. Toujours en 2019, une vidéo interactive a été lancée sur les bases de la communication. L’INM a aussi lancé des publications intéressantes sur la reconnaissances des acquis et des compétences en formation minière, le portrait numérique de l’industrie minière au Québec et le portrait des simulateurs et d’engins miniers en formation minière.

Un colloque sur la mine actuelle et future au Québec a également été organisé au cours de l’année.

Pousser l’innovation

L’INM s’attend à une année tout aussi mouvementée. «Quelques activités sont prévues afin de souligner les publications de l’organisme gouvernemental depuis sa création, a-t-on indiqué dans un communiqué. Ce sera également l’occasion de révéler encore une fois le caractère novateur de son mandat et permettre à tous de constater le discours prospectif de l’Institut national des mines depuis 10 ans, tout en relevant les avancées en formation minière.»

On mentionne la présence significative de simulateurs d’engins miniers en formation minière ainsi que l’avènement de l’automatisation et de l’industrie minière 4.0 comme exemples convaincants de ce qu’a amené l’Institut dans les dernières années.

L’INM entend poursuivre son discours innovateur. On souhaite poursuivre les travaux de recherche pour favoriser l’émergence de nouvelles tendances susceptibles de faire évoluer le secteur minier. «Pour ce faire, l’équipe travaille actuellement sur la présence et l’importance accordée à la cybersécurité dans les programmes de formation minière au Québec, à la maturité 4.0 de la formation minière offerte dans les établissements d’enseignement et au lancement, dans les prochaines semaines, d’un appel de projets pour le montage d’un projet pilote interordre d’envergure», a-t-on précisé.

Un nouveau site web sera également lancé au cours des prochains mois afin de mieux diffuser les travaux de l’Institut.