Un bureau de projet pour se pencher sur les problématiques de la 117

20210408 100122

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a annoncé ce matin une avancée vers la sécurisation de la portion de la route 117 comprise entre Val-d’Or et Rouyn-Noranda. Un bureau de projet sera créé et une équipe dédiée aura le mandat de mener des consultations auprès des différentes parties prenantes, dont les municipalités, les citoyens et les entreprises. Le tout devrait être mis en place d’ici cet été afin de préparer les premières consultations. Le bureau de projet permettra également de bonifier la documentation existante, de préparer le plan d’intervention et mettre des mesures en place dans les prochaines années

« Je suis particulièrement heureux d’annoncer une stratégie d’envergure pour améliorer les infrastructures routières de l’Abitibi-Témiscamingue. Trop longtemps, les gouvernements
précédents n’ont rien fait en matière de transport pour la région. Notre gouvernement prend le taureau par les cornes et propose des solutions concrètes, comme la création du bureau de projet de la route 117, soutenues par une vision à long terme, au bénéfice des citoyennes et des citoyens de la région. Je suis également convaincu que ces actions auront des effets positifs sur la relance économique régionale. C’est ensemble que nous veillerons à l’amélioration des infrastructures routières et au maintien des liens économiques. C’est ensemble que nous travaillerons à la relance. » affirme François Bonnardel, ministre des Transports

Les élus provinciaux ont également annoncé ce matin la mise en place d’une stratégie pour améliorer l’état des structures routières en région, alors que le pourcentage des structures jugées en bon état en Abitibi-Témiscamingue est peu élevé et que le constat fait mal.

Le ministère des Transports propose donc d’intensifier ses interventions dans le but de rattraper la moyenne provinciale d’ici 2031, soit dans 10 ans. Pour les deux prochaines années, dans la première phase du projet, des investissements de 38 millions de dollars sont prévus. Des ressources seront d’ailleurs ajoutées dans les secteurs Macamic, Ville-Marie et Amos    dans le but d’accélérer la réalisation des projets. Ce sont pas moins de 85 structures existantes qui sont visées comme étant à réparer.

Une prime de 8% sera offerte aux ingénieurs afin de les inciter à travailler au MTQ en Abitibi-Témiscamingue. Du soutien opérationnel sera également offert via des bureaux externes à la région pour posséder toutes les ressources pour intervenir.